Algérie

BAC BEM en Algérie : Voici la sanction contre la triche durant les examens

0
BAC Algérie sanction examens
S'abonner :

Algérie –  La prison de cinq (5) à dix (10) ainsi qu’une sanction d’un million 1.000.000 de dinars pour les tricheurs durant les épreuves d’examens du BAC et BEM. 

En effet, des sanctions rigoureuses viennent d’être annoncées par le ministère de l’Éducation; assurant que toute personne étant impliquée de près ou de loin dans la fraude durant les examens du BAC et BEM en Algérie devra subir de lourdes sanction. Une peine d’emprisonnement allant jusqu’à dix (10) ans ainsi qu’une amende de 1.000.000 de dinars seront appliquées sur les tricheurs. Ces nouvelles sanctions s’appliquent sur toutes les épreuves officielles. À savoir, le Baccalauréat, le Brevet et la Cinquième; en plus des examens universitaires et des concours professionnels, rapporte le site d’information El Khabar. 

Ainsi, selon l’article 253 bis 6 du code pénal algérien, est passible de prison d’un an à trois ans, et d’une amende de 100.000 à 3.00.000 de dinars; tout individu ayant divulgué avant ou pendant les examens et concours, les sujets ainsi que les réponses des épreuves suivantes ; examens finaux de l’enseignement primaire, intermédiaire ou secondaire. Ainsi que les concours pour accéder à l’enseignement supérieur et les concours nationaux professionnels. Aussi, toute personne se présentant à la place d’une autre sera possible des mêmes peines. 

Par ailleurs, les sanctions seront plus rigoureuses si les infractions sont commises par les personnes chargées de préparer, d’organiser ou de surveiller pendant les examens et les concours cités plus haut. Ils risquent, selon ce que stipule l’article 253 bis 7, de cinq (5) à dix (10) ans d’emprisonnement avec une amende allant de 500.000 à 1.000.000 dinars, indique la même source.

La fermeture des sites Web et réseaux sociaux ayant participé à la fraude 

En effet, les autorités compétentes auraient décidé de confisquer tous les appareils ayant permis aux contrevenants de tricher. Mais pas que, les sites web ou les comptes personnels des propriétaires seront à leurs tours fermés. Et ce, conformément à la loi 253 bis 11. 

Rappelons par ailleurs, que si jamais les opérations de tricheries menaient à l’annulation partielle ou complètes des examens; une peine de sept (7) à quinze (15) ans sera appliquée ainsi qu’une amende de 1.500.000 dinars sur les fraudeurs. 

Coronavirus en Algérie : Quelle évolution après l’Aïd El Adha ?

Article précédent

Devises Algérie : Retirer un zéro du Dinar.. Un expert explique les avantages

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.