AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantBAC, BEM et 5e 2021 en Algérie : un appel pour reporter...

BAC, BEM et 5e 2021 en Algérie : un appel pour reporter les examens

Algérie – Le porte-parole officiel du Conseil national des lycéens (CLA) attire l’attention du ministre de l’Éducation nationale sur le besoin urgent de reporter les examens scolaires de fin d’année 2021, soit le BAC, BEM et cinquième (5e AP). 

Le ministère de l’Éducation a reçu, ce samedi, le représentant du Conseil national des lycéens dans le cadre de la poursuite des rencontres bilatérales avec les partenaires sociaux en vue de garantir une année scolaire sereine et réussie. Au cours de la réunion, le porte-parole du CLA a exprimé de vive voix ses préoccupations. Elles concernent l’avancement dans l’application des programmes de la 5e, du BEM et du BAC en Algérie. 

En effet, le syndicaliste Zoubir Rouina a appelé le ministre Mohamed Ouadjaout à revoir la date de la tenue des examens nationaux des trois paliers. Le membre du CLA a, dans ce sens, sollicité auprès de la tutelle la réorganisation et le report impérieux des dates déjà fixées. 

La raison : la grève des instances éducatives au niveau de certaines wilayas. Cette cessation collective et concertée du travail, qui continue de s’étendre, a engendré des retards considérables dans l’achèvement des cours. C’est ce qu’a souhaité mettre en exergue le représentant du Conseil national des lycéens. 

BAC, BEM 2021 en Algérie :  un retard accumulé de plus de 40 jours dans la scolarisation 

Le syndicaliste Zoubir Rouina a indiqué que la grève « illimitée » des enseignants a ralenti l’avancée du programme scolaire 2020-2021. Une conjoncture, a-t-il affirmé à la presse, qui l’a poussé à revendiquer une révision du calendrier des examens officiels. Soit le Baccalauréat (BAC), le Brevet (BEM) et le Certificat de 5e année primaire. 

Ce retard peut, selon le locuteur, impacter considérablement les résultats et le niveau de l’ensemble des apprenants. Par conséquent, le porte-parole du CLA, estime qu’il n’est pas judicieux d’organiser les prochaines épreuves écrites en début du mois de juin sans prendre en compte un tel problème qui représente une véritable menace pour le niveau d’apprentissage, déjà fortement impacté par le sinistre sanitaire. 

En vue de permettre la poursuite des cours, Zoubir Rouina a mis en avant l’importance de répondre, de manière imminente, aux besoins des fonctionnaires du secteur éducatif. Des revendications qui portent essentiellement sur l’amélioration du pouvoir d’achat, le rétablissement de la retraite anticipée. Les éducateurs plaident notamment pour la nécessité de réviser le statut particulier.

Il convient par ailleurs de rappeler les dates des examens officiels de l’année courante. Les épreuves de cinquième sont prévues pour le 2 juin. Celles de l’enseignement moyen (BEM) auront lieu du 15 au 17 du même mois. Et pour finir, le Baccalauréat (BAC) se déroulera du 20 au 24, si aucun changement ne survient. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes