BAC 2022 Algérie : 4 personnes condamnées à de la prison dans cette wilaya

Algérie – Quatre (3) personnes sont condamnées à un an de prison ferme pour début de diffusion de sujet du BAC 2022 à Khenchela. Une autre personne est condamnée à Ouled Rechache pour vente d’appareils illégaux destinés à la triche lors des épreuves. Dzair Daily vous dévoile tout sur cette affaire dans ce numéro du 15 juin 2022. 

Les épreuves du Baccalauréat, session juin 2022, ont débuté il y a quatre jours en Algérie. Certains candidats choisissent le chemin de réussite le plus court pour assurer leur passage. Ils se tournent alors vers la triche et la fraude, notamment par l’usage de moyens de télécommunications. Ainsi, 04 individus viennent d’écoper de la prison et d’amendes durant ce BAC 2022 en Algérie.

En effet, les tribunaux de Khenchela et Ouled Rechache condamnent quatre personnes à deux mois d’emprisonnement avec sursis et un an de prison ferme. En raison d’avoir commencé la diffusion de sujets du BAC. La justice leur reproche aussi la possession d’une marchandise étrangère de contrebande utilisée pour la fraude durant les examens. 

En outre, le communiqué du procureur général près de la Cour de justice de Khenchela, repris par l’APS citée par Algérie Eco, a souligné, lundi, que trois personnes ont été présentées à la section pénale pour le même motif. Elles sont condamnées à une année d’emprisonnement assortie d’une amende de 20.000 dinars algériens ; séance tenante et confiscations des saisies.

BAC 2022 : condamnation d’un suspect de vente d’appareils illégaux destinés à la fraude 

Le même communiqué fait savoir que les enseignants, en surveillance, ont surpris des candidats en train de manigancer la fuite de sujets du baccalauréat. Et ce, par l’utilisation du Bluetooth. Et suite à quoi, les mis en cause sont immédiatement présentés au tribunal de Khenchela par les services de sécurité. 

Par ailleurs, les services de la sûreté d’Ouled Rechache ont interpellé une personne suspectée d’avoir acheté des appareils interdits prévoyant de les revendre. Ceux-ci fonctionnent avec Bluetooth non visible, pouvant être utilisés pour frauder lors des examens. 

Après les aveux du mis en cause, son domicile a été perquisitionné et dix-huit (18) appareils développés de télécommunications ont été saisis. Ce dernier a comparu au tribunal d’Ouled Rechache, sur base d’une plaine des Douanes. Il a reçu une condamnation de deux mois de prison avec sursis. Le juge a également décidé de la confiscation des équipements. Enfin, l’inculpé a écopé d’une amende de 300.000 dinars.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes