21.9 C
Alger
21.9 C
Alger
samedi, 25 mai 2024
- Publicité -
AccueilScoop et PeopleL’avocate algérienne Benbraham demandée en mariage par des responsables de haut rang...

L’avocate algérienne Benbraham demandée en mariage par des responsables de haut rang (vidéo)

Publié le

- Publicité -

Algérie – L’avocate algérienne, Fatima Zohra Benbraham, s’est laissée aller à quelques confidences concernant sa vie privée, elle confie s’est fait demander en mariage par des responsables haut placés. Apprenez tout, ce samedi 18 juin 2022.

Une sortie inattendue de la part de l’avocate et militante des droits de l’Homme, Fatima Zohra Benbraham, qui a révélé quelques détails sur sa vie privée. En effet, l’avocate algérienne Benbraham confie s’être fait demander en mariage par des responsables de haut rang sans pour autant citer de noms. 

Dans une déclaration recueillie par le média Echorouk News, la femme de droit a laissé entendre que certains responsables haut placés l’ont demandé en mariage. Une information qui a tout de suite attiré l’attention du journaliste. Ce dernier n’a pas hésité à lui demander de qui il s’agissait. Seulement, Zohra Benbraham n’a pas voulu donner plus de détails. 

- Publicité -

Elle poursuit sa prise de parole en affirmant que l’intéressé s’était rendu chez elle accompagné de sa famille et d’un bouquet de fleurs et de pâtisseries. Comme le veut la tradition. Toutefois, l’avocate a tout de même décliné sa demande simplement parce qu’elle n’avait jamais été convaincue par l’idée de se marier. 

Benbraham contre le féminisme 

À travers la même intervention, Benbraham a également fait part de sa position à l’égard du féminisme. En effet, elle estime que ce mouvement « n’a pas lieu d’être en Algérie ». Pour argumenter ses dires, elle explique par le fait que le féminisme est né en Europe pour mettre fin aux lois interdisant l’avortement des femmes. 

Par ailleurs, la militante des droits de l’homme a ensuite surenchéri qu’en tant que musulmane, elle ne se sentait pas concernée par certaines idées du féminisme. Selon l’avocate, la femme algérienne jouit de tous ses droits fondamentaux. Entre autres, sortir, travailler, vivre pleinement au sein de sa petite famille. Considérant que la notion de « liberté » devait être mesurée et ne pas atteindre les mœurs de la société.  

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -