Automobile : vers la fin de la crise du marché des voitures ce 5 juillet 2021 ?

Automobile – Suite à la crise automobile sévère qu’a subie le marché algérien des voitures, la Commission technique examine de nouveau les dossiers des concessionnaires pour l’octroi des agréments. Cela présage la dissipation de l’état d’hibernation à partir du 5 juillet 2021.

Depuis l’arrêt brutal de l’importation des voitures neuves et usagées, une crise sans précédent a durement frappé le marché automobile algérien. Néanmoins, le gouvernement a adopté différentes mesures, pour relancer l’activité des concessionnaires. Visant ainsi, à assurer la stabilité de ce secteur économique. À cette fin, le Commission interministérielle installée étudie les demandes d’agréments. Ces derniers seront octroyés à compter du 5 juillet 2021.

Effectivement, l’activité des concessionnaires semble percevoir la lumière au bout du tunnel. Ce secteur économique reprendra prochainement son dynamisme. Et ce, grâce à l’accélération du processus de l’importation de véhicules neufs. Les concessionnaires entreprendront l’opération, dès l’obtention de l’agrément. Telle chose est prévue pour le début du mois prochain. C’est en tout cas ce qu’a rapporté, mardi, le média arabophone Echorouk.

Selon le même média, la crise actuelle va bientôt se résorber. Cela, si l’instance technique en question honore les délais stipulés dans le cahier des charges régissant l’activité des concessionnaires automobiles. Le consommateur algérien pourra donc, enfin, acquérir une voiture neuve.

Importation de voitures en Algérie : vers l’installation d’une autre commission 

Il convient de signaler que trente-quatre (34) opérateurs économiques ont déposé, jusque-là, leurs dossiers auprès du département de Mohamed Bacha. Et ce, en vue de se doter de l’agrément qui leur ouvrira la voie à l’importation de voitures neuves de l’étranger. Il s’agit, là encore, de ce que mentionne le média susmentionné.

D’autre part, le département ministériel rencontre un problème quant à la répartition des quotas entre les importateurs automobile. De ce fait, la tutelle prévoit l’installation d’une nouvelle commission interministérielle. Elle se chargera de la fixation d’un plafond du nombre de véhicules à importer. Il est question de ce que souligne la même source médiatique.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes