AccueilÉconomieAutomobileAutomobile : le Premier ministre apporte du nouveau sur le dossier des...

Automobile : le Premier ministre apporte du nouveau sur le dossier des voitures en Algérie

AutomobileAïmene Benabderrahmane, Premier ministre, a livré plusieurs nouvelles précisions au sujet du dossier de l’importation de voitures en Algérie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles sont plutôt bonnes pour le secteur ! 

Depuis plusieurs années, le secteur lié aux véhicules est en proie à un scénario de récession. Comme un malheur n’arrive jamais seul, la pandémie est venue y mettre son grain de sel, ankylosant radicalement son activité. Afin d’apporter remède à cette crise à laquelle se heurte le dossier de l’automobile et les importations de voitures en Algérie, le gouvernement se démène à activer tous les leviers dont il dispose. 

Il semble d’ailleurs tout proche d’atteindre ses objectifs. Les dernières déclarations du Premier ministre augurent en effet de bonnes auspices pour le marché algérien de l’automobile. Celles qu’il a tenues, ce jeudi, face aux députés de l’Assemblée populaire nationale (APN). Le quotidien généraliste arabophone Ennahar les a relayées. 

Nous les reprenons pour vous dans la suite de notre édition du vendredi 7 octobre 2022. Présentant la Déclaration de politique générale du Gouvernement, Aïmene Benabderrahmane a tenu, d’emblée, à souligner que le ministère de l’Industrie s’apprête actuellement à finaliser l’élaboration d’une nouvelle opération stratégique. 

Celle-ci vise alors, selon ses dires, à offrir une issue favorable au dossier de l’automobile. « Elle réunit tous les plans permettant de prendre en charge les dysfonctionnements enregistrés dans cette filière ». Il s’agit là de ce qu’a en outre affirmé le chef du gouvernement. 

Importation de véhicules neufs : négociations avancées entre l’Algérie et des constructeurs de renom 

Face à la question d’un élu concernant la construction de voitures au sein du territoire national, le même membre du gouvernement n’y est pas allé par quatre chemins. Il a ainsi fait savoir que l’Algérie aspire à développer une véritable industrie automobile à la faveur de l’intérêt manifesté récemment par des constructeurs automobiles mondiaux à investir dans le pays. 

Un pas en avant dû aux nombreux avantages et incitations contenus dans la nouvelle loi sur l’investissement, de l’avis du susdit responsable. « L’Algérie est en négociations avancées avec des constructeurs automobiles de renom. Ces dernières devront être conclues à la fin du mois courant », a encore déclaré le Premier ministre.

Ce dernier a par ailleurs rappelé les chiffres « astronomiques » enregistrés il y a huit ans au niveau du département ministériel de l’Industrie. Une période, dit-il, où la facture d’importation d’engins à quatre roues atteignait la barre des 7,6 milliards de dollars. « Une telle somme aurait pu permettre à l’Algérie de concevoir environ dix usines automobiles », a regretté Aïmene Benabderrahmane.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes