AccueilÉconomieAutomobileAutomobile : l’amende de 50.000 dinars algériens mise en application.. Ce qu’il...

Automobile : l’amende de 50.000 dinars algériens mise en application.. Ce qu’il faut savoir

Automobile – La Gendarmerie nationale (GN) rapporte des explications sur l’application des sanctions liées à l’excès de vitesse qui se traduisent par une amende de 50.000 dinars algériens. Dzair Daily vous en dit plus dans la suite de son édition du samedi 22 octobre 2022. 

Après les dernières nouvelles relayées par les médias spécialisés dans l’automobile et l’ensemble des réseaux sociaux concernant l’application de l’amende de 50.000 dinars algériens imposée par les autorités, la Gendarmerie nationale (GN) s’est prononcé à travers un communiqué publié sur sa page Facebook, Tariki. 

Dans le cadre du renforcement de la sécurité routière, la GN a déclaré qu’une amende allant de 10.000 jusqu’à 50.000 dinars est imposée à tout automobiliste dépassant une vitesse supérieure de 30 % à celle autorisée. Selon le même communiqué, repris par le quotidien L’Expression, le concerné risque de faire face notamment au retrait de son permis de conduire.

Soit pour une période allant jusqu’à plus d’une année. Cette amende concerne alors toutes les classes de véhicules. À savoir ceux à moteur, avec ou sans remorque ou semi-remorque. Ce n’est pas tout ! Retrouvez la suite des détails dans la deuxième partie de cet article. 

Code de la route : voici les précisions de la GN 

Selon la susdite source médiatique, la GN a en outre affirmé que la sanction en question s’applique depuis février dernier. Et cela, conformément à la circulaire ministérielle conjointe, n°01 du 20 janvier 2022. Celle-ci est relative à la suppression des procédures de suspension et de retrait des permis de conduire par les commissions étatiques.

Les mêmes autorités ont également souligné que le gouvernement algérien prévoit la mise en place de nouvelles procédures. Elles tendent à lutter contre les infractions au Code de la route. D’ailleurs, le ministère de la Justice a mis en place un Comité multisectoriel pour la révision et la modification de la réglementation relative à la circulation automobile. Une démarche qui a pour but de minimiser le nombre d’accidents et renforcer la sécurité routière.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes