AccueilÉconomieAutomobileAutomobile Algérie : des prêts halal pour l’achat de voitures

Automobile Algérie : des prêts halal pour l’achat de voitures

Automobile – Le ministre de l’Industrie en Algérie annonce des prêts (crédits) halal pour l’acquisition d’une catégorie de voitures en particulier. On vous rapporte les propos du ministre sur la question, ce 19 décembre 2022.

Dans le secteur de l’automobile, Ahmed Zeghdar a fait une déclaration amplement intéressante pour de larges pans de la société en Algérie, concernant les crédits (prêts) halal d’achat de voitures. Le membre du gouvernement de Benabderrahmane affirme en effet le lancement de ce type de prêt.

Ce dernier permettra aux Algériens, généralement soucieux de la conformité à la charia, d’acquérir de la sorte leur voiture. Telle chose sans pour autant contredire les préceptes religieux. En fait, ces crédits halal dont parle le ministre algérien de l’Industrie ne concernent qu’un type de véhicules automobiles.

Le détenteur du portefeuille ministériel a clairement identifié la catégorie de voitures concernée par ces prêts qui s’en passent de la pratique de l’usure. Alors, selon le responsable, seuls les véhicules produits localement, c’est-à-dire en Algérie, sont inclus dans cette offre de crédits automobiles halals, rapporte Ennahar.

Les citoyens algériens qui continuent de passer par une phase très difficile, en ce qui est du marché automobile, attendent donc cette mesure, à l’instar d’autres pas qui devraient être entrepris dans les prochains mois. On pourrait citer ici quasi machinalement l’importation de voitures neuves. D’ailleurs, signalons-le quand même, celles-ci sortent du cadre des véhicules concernés par les crédits conformes aux enseignements de l’islam.

Des voitures, à quels prix ?

Dans une intervention antérieure, le ministre Zeghdar s’est prononcé sur les prix des voitures qui vont être de vigueur à la reprise de l’importation. Mais aussi lors du lancement de la construction automobile en Algérie. Le membre de l’Exécutif semble très optimiste dans ses pronostics. Il prévoit une baisse significative à venir. Et il a avancé les paramètres qui lui ont permis d’avancer de telles prévisions.

Selon lui, les facteurs qui ont conduit à la hausse des prix sont clairs. Et dès que ces éléments ne soient plus d’actualité, la flambée disparaîtra avec eux. Ahmed Zeghdar énumère, dans ce sens, la rareté des véhicules, à cause de l’approvisionnement interrompu, ainsi que la spéculation.

L’offre qui va gagner en taille grâce au retour de l’importation et les investissements des constructeurs dans notre pays contribuera à calmer la frénésie des prix. Promettant que les voitures qui vont alimenter le marché algérien de l’automobile, seront celles des classes moyennes, le ministre explique que cela sera rendu possible grâce à l’étude des couts et le contrôle de la marge bénéficiaire.

« Les prix en Algérie ne différeront pas des autres pays dans le monde », tranche-t-il au bout du compte. En ce qui concerne le développement d’une véritable industrie mécanique nationale, Zeghdar a apporté une réponse. Il a signifié que cela passait avant tout par une dynamique des entreprises de manutention existantes.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour.
    Monsieur
    J’ai une proposition a propos du crédit halal concernant les voitures
    Montées pas construites de prolonger le crédit de 60 mois a 120
    Mois pour que tout les algériens achètent .
    Moi je préfère le marché indiens en
    Matière de solidité et confort et le prix .
    Merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici