Automobile en Algérie : Voici pourquoi les prix des voitures pourront ne pas baisser

Automobile – Les citoyens algériens comptent sur la prochaine reprise de l’importation de voitures en Algérie pour espérer voir les prix des voitures baisser. Toutefois, ça pourrait ne pas être le cas, comme l’a expliqué le spécialiste, Abdelkader Berich, dans un entretien accordé au média Sabq Press

Avec la crise sanitaire actuelle qui ravage la planète depuis plusieurs mois, plusieurs marchés sont à l’arrêt. Celui de l’automobile n’a pas été épargné par la Covid-19, et les prix des voitures neuves ou d’occasion sont montés en flèche en Algérie. Pour remédier à cette hausse des prix, le gouvernement a autorisé l’importation de véhicules neufs.

Mais selon le spécialiste en économie, Abdelkader Berich, le nombre de concessionnaires qui envisagent l’importation de véhicules est « trop faible », pour voir les prix baisser. En effet, le spécialiste a affirmé lors d’une interview accordée au site Sabq Press qu’un trop petit nombre de concessionnaires voulant importer des véhicules neufs ne pouvaient pas faire baisser les prix.

« Ce petit nombre de concessionnaires ne peut pas fournir le nombre suffisant de voitures par an ». C’est ce qu’a déclaré l’expert en économie. Abdelkader Berich a ensuite expliqué que l’État a fixé les conditions fixées? Il s’agit notamment de l’obligation de fournir un service après-vente. Ou encore la disponibilité immédiate des salles d’expositions.

Tout cela empêche, selon l’intervenant, plusieurs concessionnaires de se conformer au cahier des charges. « La publication de la liste aura un effet positif après l’augmentation de l’offre. Mais les prix des voitures diminueront lentement. Et pas de manière significative », a lancé l’économiste au journaliste de Sabq Press

Les concessionnaires auront accès à leur crédit dès cette semaine 

Le 14 janvier, le ministère de l’Industrie a publié un communiqué. Le document informait les citoyens algériens que le Comité technique ministériel s’est réuni. Il a étudié et donné son aval à 10 concessionnaires. 09 dossiers sont relatifs à l’importation de voitures neuves. Et un dossier concerne l’importation de motos. 

Le ministère de l’Industrie a également indiqué un autre élément dans son communiqué. Il a précisé alors que les concessionnaires répondant aux critères, fixés par le cahier des charges relatif à l’importation de véhicules, recevront leurs crédits à partir de ce dimanche 17 janvier.  L’obtention des agréments temporaires leur permettra de débuter les nouvelles démarches. Celles-ci interviendront en vue d’avoir leurs agréments finaux.

Ce sera réglementé par le décret 20-227, précisant les conditions et modalités d’exercice de l’activité de concessionnaires de véhicules neufs. Le ministre Ferhat Aït Ali Braham a également rappelé que le Comité technique chargé de l’étude de l’activité de construction automobile était en train d’étudier 18 dossiers liés à la fabrication de véhicules neufs

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes