Automobile Algérie : ces marques de voitures pourraient ne pas être importées pour cette raison

Automobile – Des marques internationales pourraient ne pas être en mesure d’entrer en Algérie, après la reprise de l’importation de voitures. Retrouvez toute l’information dans ce numéro du 12 décembre 2021. 

Le dossier de l’automobile est marqué, ces derniers jours, par une nouvelle dynamique au plus haut sommet de l’État. En effet, le Président de la République a évoqué le sujet de l’importation. En plus, il a donné des instructions. De ce fait, le ministre chargé du dossier a affirmé que le nouveau cahier sera déjà prêt fin janvier 2022. Cependant, le 3ᵉ cahier des charges portant sur les conditions de l’importation de voitures en Algérie pourrait exclure certains concessionnaires de l’automobile.  

C’est en tout cas ce que rapporte le site spécialisé Sayarat Live. Selon ce dernier, le gouvernement portera quelques modifications au cahier des charges. Celles-ci seront dévoilées par le ministre de l’Industrie le mois de janvier prochain. Ces changements excluront apparemment des dizaines d’agents de l’importation de voitures. Ainsi, plusieurs marques pourraient ne pas faire leur entrée dans notre pays.   

Quant aux nouveaux articles, ils exigent premièrement que les concessionnaires aient cinq ans d’expérience. Cela dans l’importation et la commercialisation des véhicules. Ils imposent également un réseau de service après-vente. Dont de nombreux agents ne disposent pas. Car parmi eux, on retrouve beaucoup de nouveaux arrivants dans le domaine. Par ailleurs, la source susmentionnée indique que ces modifications provoquent un choc chez les candidats. 

Importation de voitures neuves : ce qui va changer 

Dans le même sillage, l’article 3 du nouveau cahier des charges limite l’importation de voitures aux Algériens. Il interdit aux entreprises étrangères de s’engager dans l’activité. Mais, il permet néanmoins d’établir des partenariats algéro-étrangers. Mettant ainsi fin à l’ancienne règle de l’actuel cahier des charges. Cette dernière exclut des sociétés étrangères. Celles-ci appartiennent à des groupes internationaux tels que Renault, Peugeot, Chevrolet et Toyota. 

Un autre changement est relatif à l’article 4 du cahier des charges. Celui-ci interdit aux agents d’importer plus de deux (2) marques. Cet article pourrait affecter l’activité des concessionnaires dès la reprise de l’importation. Car les plus grandes marques de l’industrie automobile concluent actuellement des alliances. Ces dernières incluent un grand nombre de marques. À l’image de l’alliance entre Renault, Nissan, Mitsubishi et Dacia qui représente plus de 8 marques.  

Pour rappel, le ministre de l’Industrie n’a pas délivré d’agrément avec l’actuel cahier des charges. Mais il a déjà émis des réserves. Par lesquelles il a rejeté quelques dossiers présentés par une soixantaine de prétendants à l’activité de l’importation de voitures neuves en Algérie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes