21.9 C
Alger
21.9 C
Alger
samedi, 25 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileAutomobile Algérie : cette infraction est passible de 50.000 DA d'amende et...

Automobile Algérie : cette infraction est passible de 50.000 DA d’amende et un an de prison

Publié le

- Publicité -

Automobile – s’adressant à tous les conducteurs automobiles en Algérie, la Gendarmerie nationale a mis en garde contre une infraction au Code de la route passible d’une amende de 50.000 DA et d’un an de prison. Découvrez tous les détails, ce mercredi 12 avril 2023.

En effet, les règles routières sont établies pour être respectées. Enfreindre le Code de la route peut entraîner des sanctions sévères à son auteur. Pour prévenir les automobilistes, les services de la Gendarmerie nationale ont mis en garde contre une contravention routière. Cette infraction peut alors coûter aux conducteurs en Algérie une amende allant jusqu’à 50.000 DA et une peine de prison.

Effectivement, bien qu’il existe des textes précisant les sanctions encourues, nombreux sont ceux qui commettent des infractions. Ainsi, le non-respect du code routier est un délit puni par la loi. Toutefois, certains usagers de la route ignorent parfois la dangerosité de leurs actes. Pour diminuer les risques, la GN avertit souvent les automobilistes contre des erreurs régulièrement commises.

- Publicité -

C’est par le biais d’un communiqué publié sur sa page Facebook « Tariki » que l’organisme a mis en garde contre la circulation à bord d’un véhicule non compatible avec la classe des documents détenus. Posséder un permis de conduire ne correspondant pas au type de la voiture est alors un délit puni par l’article 79 de la loi n° 01-14, modifiée et complétée. 

Rouler sans permis de conduire adéquat : voici les risques encourus

En effet, à travers sa publication, la Gendarmerie nationale a pointé du doigt l’obligation de détenir ce document important. Selon la même note, rouler à bord d’un véhicule ne correspondant pas à la classe du permis de conduire détenu est une contravention punie par la loi. Cela dit, une amende découle systématiquement après un tel comportement. L’organisme a fait savoir que l’auteur du délit risque plusieurs sanctions suite à son acte. 

Le conducteur encourt de six (6) à un (1) an de prison ferme. S’ajoute à cela, une amende s’élevant à 20.000 DZD et peut atteindre jusqu’à 50.000 DZD en fonction de la dangerosité du délit. La personne concernée se voit ainsi interdire de candidater pour obtenir un permis de conduire d’une autre classe. Et ce, pendant une année, a-t-on appris du même communiqué.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -