AccueilÉconomieAutomobileAutomobile Algérie : cette contravention assez méconnue est sanctionnée par une amende...

Automobile Algérie : cette contravention assez méconnue est sanctionnée par une amende de 5.000 DA

Algérie – Selon la Gendarmerie nationale, il existe une amende d’une valeur de 5.000 DA pour une contravention assez méconnue auprès des automobilistes. Dzair Daily vous apporte plus de détails dans cette nouvelle édition du 14 août 2022.

Plusieurs automobilistes en Algérie ignorent l’existence d’une contravention sanctionnée par une amende de 5.000 DA ! De ce fait, la Gendarmerie nationale a informé l’ensemble des usagers de la route de cette contravention. Et ce, par le biais de sa page Facebook, Tariki. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à lire l’intégralité de cet article. 

Tout d’abord, on rappelle, dans ce sillage, que le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a décidé de suspendre la délivrance des permis de conduire biométriques. En effet, cette décision concerne les citoyens ayant récemment obtenu leur permis. D’ailleurs, les permis biométriques seront désormais remplacés par l’ancienne version en papier. 

On notera, à cet effet, que le renouvellement d’anciens permis biométriques sera également annulé. Cette décision viserait à adapter le système d’information de ce permis et les informations disponibles au nouveau Code de la route. Notamment, l’entrée en vigueur du système d’octroi du permis à points, conformément à la loi sur la circulation de 2017.

Une amende de 5.000 DA pour le franchissement de la bande en béton

Comme on l’avait mentionné auparavant, la Gendarmerie nationale a mis en avant la dangerosité des contraventions des automobilistes sur la vie d’autrui. En effet, il s’agit du franchissement de la bande en béton qui sépare les deux directions. Par le biais du même post, les autorités responsables ont rappelé qu’il est interdit de tourner au milieu de l’autoroute.

Particulièrement lors du franchissement de la bande centrale séparant les ronds-points ou de l’interruption de cette route. D’ailleurs, tout comportement de ce genre se voit considéré comme une infraction du quatrième degré. Comme prévu à l’article 88, alinéa 2 du décret exécutif 04-381. 

La loi stipule également la détention du permis de conduire sans préjudice de l’aptitude à conduire durant dix (10) jours. Accompagnée d’une amende minimale estimée à 5.000 DZD. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien arabophone Ennahar dans son édition du 13 août 2022.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes