Automobile en Algérie : Les conditions pour la baisse des prix des voitures

Algérie – Le marché de l’automobile enregistre des flambées spectaculaires des voitures, et il est question ici de ce qu’identifient des experts comme étant des facteurs capables de provoquer une baisse des prix qui rendront les véhicules relativement plus accessibles aux citoyens.

Le professeur Abderrahmane Mebtoul, ou encore l’universitaire Kamel Si Mohammed, se sont exprimés sur l’automobile auprès du quotidien arabophone Echorouk, dans un entretien paru ce 16 janvier, auquel ils ont souligné les éléments susceptibles de revoir à la baisse les prix des voitures en Algérie.

Pr Mebtoul appelle à une meilleure coordination interministérielle dans le dossier de l’importation de voitures neuves de l’étranger. Cela dans le but d’alimenter le marché national de l’automobile en véhicules de tout type. Pour lui, il faut bien accélérer le processus afin de passer à l’acte effectif d’importer.

L’orateur explique que ça va bien contribuer à l’arrêt de la tendance haussière que connaissent les prix depuis des mois maintenant. Abderrahmane Mebtoul, spécialiste en finances, s’interroge sur un détail qu’il estime intrigant. Il s’agit de la délivrance d’agréments pour importer des voitures.

Cette dernière est du ressort du ministère de l’Industrie. L’intervenant se demande alors pourquoi ce n’est pas le ministère du Commerce qui les fournit ces autorisations. « C’est une opération purement commerciale », argue-t-il. De toute manière, rappelons-le, Mebtoul invite les départements à mieux coordonner leurs efforts.

Ce que dit Kamel Si Mohammed

D’autre part, Kamel Si Mohammed se concentre sur un point précis. L’économiste insiste ainsi sur la nécessité de résoudre ce dossier dans un proche avenir. Il semble très optimiste, dans le cas de la réalisation d’une condition primordiale.

Il souligne, dans ce sens, que « si on distribue les autorisations provisoires d’importation demain, dimanche, puis celles finales, les prix sur le marché seraient beaucoup plus stables ». L’universitaire poursuit son allocution. Il précise donc l’une des conditions de la stabilité des prix des voitures sur le marché automobile algérien.

Selon lui, il s’agit de la libération rapide des agréments d’importation de voitures neuves en Algérie. Le spécialiste ajoute qu’il faut dévoiler les concessionnaires concernés par le lot de 2 milliards de dollars et reprendre l’importation. Dans la foulée de tout ça, Si Mohammed dit de quoi il serait convenable d’enchaîner.

Il stipule, dans ce sillage, qu’on doit divulguer les opérateurs concernés par les nouvelles autorisations de montage. Elles doivent être strictes, note-t-il. Il faut se démarquer du scénario des usines précédentes de « pseudo-montage ». Ces structures font encore polémiques dans les tribunaux, fait-il remarquer.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes