14.9 C
Alger
14.9 C
Alger
mercredi, 22 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileAutomobile : 2023 sera l'année durant laquelle l'Algérie va réaliser son autosuffisance...

Automobile : 2023 sera l’année durant laquelle l’Algérie va réaliser son autosuffisance en carburant

Publié le

- Publicité -

AutomobileLa généralisation de la production, du transport et de la commercialisation du carburant, une mesure lancée en 2021, a porté ses fruits dans la mesure où l’Algérie peut désormais procéder à la suspension définitive des importations de ce produit au cours de l’année 2023. 

Qui dit nouvelle année, dit fixation de nouveaux objectifs annuels. Pour la période 2023, l’Algérie, qui s’apprête à relancer le secteur de l’automobile, ambitionne de se passer de toute importation de carburant. Elle qui a atteint des capacités de production et de stockage suffisantes. 

C’est en effet ce qu’a déclaré le directeur général de l’Autorité de contrôle des Hydrocarbures (ARH). Rachid Nadel s’est manifesté, ce lundi 27 février 2023, sur les ondes de la Radio nationale, la chaîne 2. Ses déclarations viennent d’être relayées par le quotidien généraliste arabophone Ennahar

- Publicité -

Selon le DG, le gouvernement prévoit ainsi de mettre en place des investissements en exploration-production et raffinage. Et ce, à l’effet de satisfaire la demande du marché en essence sans plomb. « Aujourd’hui, la consommation avoisine les 10 millions de tonnes ». Il s’agit là de ce qu’a en outre indiqué le même responsable. Nous vous en disons plus dans les lignes qui suivent. 

Parc automobile national : Nadel passe au crible la consommation de carburant 

L’intervenant a évoqué, dans un premier temps, les quantités consommées en gazole durant 2022. D’après ses dires, ces dernières ont atteint 10,1 millions de tonnes, tandis que la consommation totale en 2021 s’élevait à 9,7 M t. S’agissant de la demande liée à l’essence, elle était de 3,3 millions de tonnes au cours de l’année écoulée, contre 3,4 M t en 2021. 

Une légère baisse que Rachid Nadel explique alors par la tendance à l’utilisation du gaz liquéfié « GPLc ». Celui-ci, dit-il, a enregistré une consommation de 1 million et 550 mille tonnes l’an dernier. Alors qu’elle ne dépassait pas la barre de 1,2 M t en 2021. Pour lui, la hausse de la demande de la substance précitée est due principalement à son prix abordable (9 dinars le litre).  

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -