Augmentation des salaires en Algérie : ce que craint certains syndicats

Algérie – Certains syndicats indépendants de l’éducation appellent le ministère du secteur à mettre en place une loi fondamentale pour répondre aux besoins des employés, dont l’augmentation des salaires.

En effet, à la tête de ces syndicats présents en Algérie, le CNAPESTE, dont le porte-parole, Messaoud Boudiba, a révélé au quotidien Echorouk, que son organisme aurait interpellé le ministère de l’Éducation nationale afin de savoir si les amendements apportés à la loi 12/240 permettent notamment de procéder à l’augmentation des salaires.

Au fait, il a indiqué que cette loi fondamentale 12/240, qui a été modifiée et complétée par le Décret exécutif n°08/135, porte de nombreuses ambiguïtés. De ce fait, le syndicat voudrait connaître la portée de ces modifications et s’il s’agit d’un amendement global ou un amendement partiel. Ce dernier qui leur permet de changer quelques lois, comme celles en rapport avec les salaires.

De plus, il a ajouté que le ministère se serait déjà engagé lors de sa dernière rencontre avec le CNAPESTE. Au fait, il a souligné qu’il ne vas pas toucher à la philosophie de la loi fondamentale. Celle des travailleurs du secteur. Cependant, il devrait œuvrer par le biais du comité technique. Celui désigné récemment. Cela, afin d’apporter de nouveaux acquis qui servent ces professionnels.

En sus, il a été précisé que chaque syndicat a le droit de présenter les modifications qu’il juge indispensables. Qui seront, par la suite, transférées pour étude aux autorités compétentes. Il sied de noter que dans ce sens, pas moins de 15 syndicats ont déjà soumis leurs amendements. Et ce, en ce qui concerne la modification de cette loi fondamentale.

Éducation nationale en Algérie : les syndicats interpellent le ministère

D’un autre côté, le SG du Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE). À savoir, Kouider Yahiaoui, s’est notamment prononcé sur le sujet. Il a confirmé qu’ils vont saisir le ministère de l’Éducation afin de créer une loi fondamentale solide et cohérente. Celle qui pourra prendre en charge de façon globale la vie professionnelle de l’employé tout au long de sa carrière.

En outre, il a notamment ajouté que le comité technique. Celui qui a été désigné en fin 2018, début 2019, a tenu près de 50 réunions avec les partenaires sociaux. Cela, dans le but d’étudier et de discuter leurs propositions d’amendement. Cependant, à l’heure où des centaines d’autorisations exceptionnelles ont été délivrées, aucune nouvelle loi n’a été mise en place.

Ainsi, le responsable du SNTE a indiqué que la modification de cette loi fondamentale doit aller au-delà de l’amélioration du pouvoir d’achat et de l’augmentation des salaires. Au fait, on devrait plutôt songer, selon le locuteur, à s’intéresser au suivi du processus professionnel. Et ce, en revenant de façon globale sur les primes, les subventions et les différents avantages proposés au salarié.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes