Voyageurs Algériens

En attendant l’ouverture des frontières en Algérie : Les agences de voyages en crise

1
Algérie frontières agences voyages
S'abonner :

Algérie – Selon le manager de Zyriab Voyages, le report de l’ouverture des frontières a un impact désastreux sur les agences de voyages qui sont dans leur majorité à l’agonie. « Beaucoup ont déjà baissé les rideaux et ne pourront pas rouvrir sans une aide ».

Cela va sans dire que les conséquences déplorables de la crise sanitaire n’ont épargné aucun secteur. Pour leur part, les opérateurs du secteur touristique baignent dans le flou. Ainsi, la crise financière au sein des agences de tourismes et de voyages en Algérie ne fait que croître, faisant d’eux des victimes de l’attente de l’ouverture des frontières extérieures du pays.

S’exprimant lors d’une entretien accordé au quotidien algérien, El Watan; Brahim Aflah Hadj Nacer, manager général de Zyriab Voyages; a reconnu que les agences de tourismes sont actuellement proches de la faillite et encore loin de la relance. Selon lui les acteurs du terrain « sont dans leur majorité à l’agonie ». Il ajoute dans le même contexte, que « beaucoup ont déjà baissé les rideaux et ne pourront pas rouvrir sans une aide ».

Par ailleurs, il a affirmé les conséquences sont désastreuses. « Les agences sont sans ressources depuis mars dernier, ce qui a un impact sur les employés »; a relevé l’intervenant. Ainsi, avec 3.500 agences exerçant sur le territoire national; employant une moyenne de 4 salariés chacune; « il s’agit de milliers de travailleurs algériens qui se retrouvent sans ressources »; a-t-il regretté. Ce dernier a d’ailleurs précisé que la majorité des voyagistes ont cessé de payer leurs employés dès le début de la crise.

Coronavirus en Algérie : Quid des vacances de la saison été 2020 ?

Pour le responsable de l’agence de voyages susmentionnée; « il est très difficile de parler de vacances cet été; voire indécent ». Cependant, face aux conditions nées de la pandémie, le local sera certainement et pour la première fois privilégié à l’international; a-t-il supposé. Ceci pour plusieurs raisons, dont le facteur de sécurité; a expliqué Brahim Aflah. Selon ce dernier, l’on préférera rester chez soi; de peur de se retrouver bloqué à l’étranger; et ne pas être sûr d’être rapatrié à temps.

Il poursuit en citant le souci économique. « Nous sommes en train de sortir difficilement de cette crise liée à la crise du COVID-19; le pouvoir d’achat des familles a été sérieusement impacté ». Ainsi, en cas d’ouverture des plages, les familles algériennes vont privilégier les sorties à la plage quotidiennes ou celles durant les week-ends.

De plus, beaucoup n’auront pas beaucoup de congés; car tous les employeurs ont profité de cette période; pour apurer les congés non consommés de leurs employés; a rappelé l’intervenant. D’ailleurs, certains ont même été contraints de prendre un congé par anticipation de l’année en cours; afin d’être prêt pour la reprise de l’activité de tous les secteurs confondus.

Article recommandé :  Algérie : Voici les conditions de montage et d'importation de voitures

Algérie : Morts, contaminés, guéris.. Bilan du Coronavirus au 14 juillet

Article précédent

Coronavirus en Algérie : La situation est inquiétante, prévient un médecin

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Anciens
Récents Les + votés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Hamhoum

Des agences de tourisme hhhhh.
Des agences de rabattage pour la omra et les transferts vers l’Arabie saoudite