Assurance automobile en Algérie : vers une nouvelle hausse des prix

Algérie – Le prix de l’assurance automobile en Algérie devrait prochainement connaître une hausse. Dzair Daily vous donne plus de détails dans la suite de cette édition du 6 juin 2022.

Les prix de l’assurance automobile en Algérie devraient augmenter. C’est en tout cas ce qu’induirait la nouvelle loi en préparation, qui a été soumise au ministère des Finances. L’Union algérienne des sociétés d’Assurance et de Réassurance (UAR), ainsi que le Conseil national des assurances prévoient une hausse des tarifs du produit Responsabilité civile. Car selon eux, ce tarif est actuellement bas. Il s’agit de ce que rapporte Echorouk.

En effet, les compagnies d’assurances pâtissent de ces tarifs réduits. Elles affirment perdre 3,75 dinars en indemnisation des accidents de la circulation pour chaque dinar cotisé au service de la responsabilité civile. Par conséquent, la situation financière de ces établissements ne cesse de se dégrader. C’est dans ce contexte que le vice-président de l’UAR a insisté sur la nécessité de la révision de la loi sur les assurances.

Il sied de noter que le nouveau texte législatif est actuellement en cours de préparation au ministère des Finances. D’un autre côté, les concessionnaires demandent la mise en place de dispositifs de lutte contre la concurrence déloyale sur le marché national de l’assurance.

Et ce, en appliquant des sanctions contre les contrevenants. Sachant que durant les deux dernières années, les compagnies d’assurance ont perdu une grande partie de leur chiffre d’affaires. Cela, à cause de la pandémie de coronavirus.

Assurances automobiles en Algérie : vers une révision des tarifs

Par ailleurs, l’arrêt des importations depuis plusieurs années maintenant, en plus de la suspension de la production locale des véhicules a impacté négativement l’activité des compagnies d’assurance.

Il faut savoir qu’actuellement, l’Algérie est au bas du classement dans le volet de la contribution du produit de l’assurance au PIB. Alors que cet apport est à hauteur de 1,5 % dans le monde arabe et 7 % à l’international. En Algérie il est seulement de 0,7 %. Cela serait dû au manque de réformes et de la concurrence déloyale.

En outre, les Assurances Takaful ont d’ores et déjà été lancées par certaines entreprises. Parmi lesquelles on retrouve deux organismes publiques et quelques entreprises privées. Ces établissements ont commencé les préparatifs des dossiers en attendant la finalisation des textes législatifs encadrant ces processus. Et qui à terme, faciliteraient l’apparition de nouveaux services sur le marché algérien.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes