AccueilSociété et CultureSociétéL'application de la peine de mort en Algérie : le ministre de...

L’application de la peine de mort en Algérie : le ministre de la Justice précise

Algérie – Le ministre de la Justice a répondu aux diverses demandes visant à rétablir la peine de mort. Découvrez tous ses propos dans la suite de cet article du 17 novembre 2022.

Avec la recrudescence des meurtres et des enlèvements, la question du recours à la peine de mort est souvent revenue sur le tapis. Et de nombreuses associations et familles de victimes demandent le rétablissement de la peine de mort en Algérie, le ministre de la Justice s’est exprimé à ce sujet. En effet, il a donné quelques précisions concernant la législation entourant la peine de mort en Algérie.

Dans le détail, Abderrachid Tebbi a présidé une séance publique de l’Assemblée nationale. Durant laquelle il a répondu aux questions sur la peine de mort en Algérie. Il a ainsi expliqué que la législation pénale en Algérie permet aux juges des tribunaux pénaux d’appliquer la peine de mort. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien Echorouk.

Par ailleurs, le ministre a expliqué que l’Algérie a pris la décision de geler l’application de la sentence de mort. Et ce, après les polémiques créées par plusieurs organisations et instances internationales. Ce compromis, ainsi que la réduction de certaines peines, ont été décidés en 1993. Tebbi a souligné, par la même occasion, que l’unique raison ayant conduit à suspendre cette sanction a été le respect des conventions et pactes internationaux.

Algérie : l’application de la peine capitale suspendue depuis 1993

En outre, le même responsable a expliqué que si le but premier de l’application de la peine de mort est la dissuasion. Alors, il sera toujours possible aux juges de la prononcer. Car la législation pénale algérienne prévoit toujours cette peine. Il a aussi proposé d’ouvrir un débat national, et de regrouper des experts et les différents responsables pour traiter cette question.

Pour rappel, l’Algérie n’a procédé à aucune exécution depuis 1993. Amnesty international a fait savoir qu’un millier de personnes sont actuellement dans le couloir de la mort en Algérie. Sans que les peines ne soient appliquées. Elles sont généralement commuées en peines d’emprisonnement à perpétuité. En 2021, la justice algérienne a condamné neuf personnes à la peine capitale.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes