ANSEJ Algérie : Vers le financement des cafétérias et restaurants

Algérie – Bonne nouvelle pour les jeunes souhaitant lancer leur propre business. Ils pourront désormais bénéficier d’un financement de la part de l‘Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) pour ouvrir des cafés, des restaurants ou encore des ateliers de mécanique.

En effet, l’organisme algérien chargé de la gestion d’un fonds de crédit pour la création d’entreprises ANSEJ a décidé de permettre aux jeunes d’investir dans le secteur des services et d’ouvrir des cafés, des restaurants ou encore des ateliers de mécanique en Algérie sans aucune exception.

Outre ces activités, ils pourront de même opter pour d’autres dans le secteur agricole sous certaines conditions et modalités. C’est en tout cas ce qui ressort d’un appel téléphonique entre le quotidien généraliste Ennahar et le chargé de communication à l’Agence de Soutien à l’Emploi des Jeunes, Moubarak kattach.

Cependant, le même orateur a tenu à préciser que cette démarche visant de donner un coup de pouce aux micro-entreprises est soumise à une condition nécessaire. Il est impératif, selon lui, que la région d’investissement ne soit pas saturée par l’activité choisie.

Dans le même ordre d’idée, Kattach a précisé que la priorité de financement sera donnée aux domaines dans lesquels les types d’activités susmentionnés sont quasi inexistants. Et ce afin de faire d’une pierre deux coups. Dans un premier, assurer les revenus du jeune investisseur. Et dans un deuxième, créer des offres d’emploi.

L’ANSEJ apporte des précisions concernant d’autres secteurs en Algérie

En ce qui concerne les activités liées au secteur de l’agriculture et du développement rural; le chargé de communication a indiqué qu’elles seront toutes financées sans exception. En revanche, il a expliqué que les activités de transport de toute sorte sont exclues de ces nouvelles procédures. L’investissement dans ce secteur ne sera autorisé que sur la décision du wali. Ce dernier va assurer si la région en question aura besoin des moyens de transport; rapporte le journal arabophone.

Notons par ailleurs que l’ANSEJ compte sauver les entreprises en difficultés. À titre d’exemple; les bénéficiaires des projets bloqués ayant subi de graves accidents routiers entrainant leur handicap ou des dommages sur leurs matériels.

À cet égard, Kattach a déclaré que les jeunes doivent remplir formulaire et déterminer le type de problème auquel ils faisaient face. Et ce, afin qu’ils puissent se rendre à l’Agence dans un délai qui ne dépasse pas les 24 heures. Une fois sur les lieux, ils peuvent rencontrer des fonctionnaires qui s’occuperont de leurs besoins.

Il convient de rappeler que le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des microentreprises en Algérie, Nassim Diafat; a déclaré en fin août que « les jeunes qui ont bénéficié de prêts et d’un soutien financier de ANSEJ »; bénéficieront de mesures d’effacement ou d’échelonnement de leurs dettes.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes