ANSEJ Algérie : Effacement ou échelonnement des dettes dans ces cas

Algérie – Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des microentreprises en Algérie, Nassim Diafat, a annoncé jeudi, à partir de Boumerdes, que « les jeunes qui ont bénéficié de prêts et d’un soutien financier de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) » bénéficieront de mesures d’effacement ou d’échelonnement de leurs dettes. Voici les cas concernés.

C’est donc afin de faciliter le remboursement de ces dettes de la part des jeunes, notamment ceux qui ont vendu leur matériel, que Nassim Diafat a déclaré qu’ils « bénéficieront d’un rééchelonnement de ces dettes pour leur permettre de les payer sur 15 ans ». Le responsable du secteur en Algérie a précisé les jeunes qui ont le droit de bénéficier d’un effacement ou d’une exonération partielle ou totale des dettes qu’ils doivent au dispositif « Ansej ». Il s’agit des jeunes décédés. Et de ceux dont les entreprises ont subi ou ont été endommagées par des catastrophes naturelles. À l’image de tremblements de terre et d’inondations. Le quotidien Echorouk a rapporté les déclarations du ministre délégué .

Le ministre délégué poursuit en stipulant les autres cas de jeunes qui bénéficieront du processus de désendettement. Il est question ici, d’après les mêmes propos, des catégories d’entrepreneurs en état d’handicap physique ou mental qui les empêche de poursuivre leur travail. Mais aussi ceux que les banques ont saisis leur matériel et sont restés endettés à l’agence au taux de 30%. Le membre du gouvernement cite également ceux dont le matériel est devenu vieux et incompatible avec le développement technologique d’aujourd’hui et qui doivent le renouveler.

Réorganisation du dispositif Ansej

Diafat a confirmé à cette occasion que l’Ansej allait changer complètement sur tous les aspects organisationnels ; en intégrant des représentants d’associations au sein de son conseil de pilotage. Il a révélé l’inclusion d’une nouvelle approche économique. Celle-ci permettra, selon lui, aux jeunes bénéficiant du soutien de l’Agence nationale de gestion du microcrédit «Angem» d’étendre leurs activités au niveau de l’Ansej.

D’autre part, il a révélé qu’il commencerait prochainement à tenir des réunions périodiques. Trois réunions par mois. Cela au siège de l’Ansej. Les rencontres réuniront des responsables de l’Agence ; et les jeunes investisseurs et propriétaires de microentreprises ; et de porteurs de projets. Ce sera un espace de proposition ; et d’écoute de diverses préoccupations. Le but, a expliqué l’orateur, consiste à travailler pour trouver des solutions appropriées à divers problèmes. Il convient de signaler aussi que le ministre délégué a soutenu qu’il n’était pas question d’emprisonner aucun de ces jeunes ; en difficultés de remboursement. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes