22.9 C
Alger
22.9 C
Alger
mardi, 21 mai 2024
- Publicité -
AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantAnnée scolaire 2020 en Algérie : « Pas d’année blanche », assure...

Année scolaire 2020 en Algérie : « Pas d’année blanche », assure le ministre

Publié le

- Publicité -

Algérie – En parlant de l’année scolaire 2020, le ministre de l’Éducation nationale, Mohamed Ouadjaout, a confirmé aujourd’hui lundi 27 avril, qu’il n’y a aucunement lieu d’une « année blanche » en Algérie.

Dans un discours d’introduction tenu lors d’une réunion consultative avec les associations de parents d’élèves; le ministre de l’Éducation nationale a déclaré que cette année académique « ne peut pas être considérée comme blanche »; compte tenu du niveau de progrès dans la mise en œuvre des programmes dans les trois cycles de l’enseignement qui se sont poursuivis jusqu’au 12 mars; d’autant plus que le troisième trimestre de l’année scolaire s’étale uniquement sur 4 semaines au maximum.

Dans un message récent adressé à la famille éducative; le ministre a insisté sur la nécessité de consulter les partenaires sociaux et de réfléchir ensemble à ce qui peut être attendu pour le reste de l’année scolaire en cours; et comment organiser les examens.

- Publicité -

Il prévoit également de voir comment progresser dans la mise en œuvre des programmes dans les trois étapes (primaire, moyen et secondaire); en cas de prolongation du confinement; ou dans le cas contraire où celle-ci est levée selon des procédures appropriées qui permettent la reprise des cours.

Soit dit en passant, le ministre a présenté lors de cette réunion « des propositions initiales pour pouvoir élaborer un scénario consensuel; qui inclut des solutions alternatives en cas de poursuite de la suspension ou à l’inverse; la reprise des activités scolaires dans les établissements d’enseignement après la levée du confinement ».

Quel avenir pour l’année scolaire 2020 et les examens du BAC/BEM/5e ?

Mohamed Ouadjaout, ministre de l’Éducation nationale, rencontrera 23 syndicats indépendants et associations des parents d’élèves; pour sauver l’année scolaire 2019/2020 mise en péril par la pandémie du Coronavirus.

- Publicité -

Ladite rencontre s’inscrit dans le but de traiter les différentes options suggérées pour sauver l’année scolaire et déterminer par la même occasion le sort des examens finaux; tandis que l’Intersyndicale regroupant 6 syndicats du secteur éducatif proposent conjointement la prise en compte du 1er et 2ème trimestres pour le passage à un niveau supérieur, l’annulation des examens de la 5ème AP et du BEM; en plus de reporter le baccalauréat à septembre et d’y compter « l’évaluation continue ».

Ce report au mois de septembre est motivé, selon les déclarations, à Echorouk ce 25 avril, de Boualem Amoura, président du Satef; par la spécificité de l’examen du BAC; qui nécessite de maintenir sa crédibilité à l’échelle nationale et internationale; en tenant compte de la situation sanitaire actuelle mais aussi des élèves des Wilayas de l’intérieur et du sud; qui ne peuvent pas passer l’examen pendant l’été en raison de la chaleur.

En ce qui concerne les étudiants des autres niveaux qui ont obtenu des moyennes comprises entre 9 et 9,99/20; l’interlocuteur du quotidien arabophone a souligné la nécessité de prévoir une session de rattrapage, début septembre prochain; pour leur donner une seconde chance de passer à la classe suivante sans être punis.

Par ailleurs et dans le registre préventif, le Cnapeste a appelé à l’engagement, pendant le déroulement de l’examen officiel; des ressources humaines nécessaires et fournir les moyens matériels appropriés comme les masques et les gants; conformément aux mesures de précaution prises pour prévenir le Coronavirus; et garantir également les conditions sanitaires adéquates pour protéger les élèves et le corps des travailleurs de l’éducation.

L’enjeu est gros et la précipitation est à éviter

La Radio Nationale a pour sa part rapporté le 26 avril, que le ministère de l’Éducation nationale tiendra dimanche et pendant trois jours; des réunions consultatives avec les associations de parents d’élèves et les syndicats du secteur, rapporte afin de formuler des propositions et des perceptions relatives à l’année scolaire en cours; le sort des examens officiels et la manière optimale de les mener à la lumière des évolutions imposées par l’épidémie.

Messaoud Boudiba, le secrétaire national chargé de l’information et de la communication au Cnapeste; a appelé dans ce sens à être patients et à suivre de près l’évolution de la situation sanitaire jusqu’à fin mai; avec des séances de concertation avec les partenaires sociaux pour dresser une feuille de route avant de décider du sort de l’année scolaire et des examens finaux; et que la reprise des cours à l’heure actuelle constitue une « aventure » risquée; si l’on se fie aux rapports de santé.

La Fédération nationale des travailleurs de l’éducation, a par ailleurs proposé d’anticiper la rentrée à une date incluse entre le 20 août et le 30 septembre pour terminer le programme du troisième semestre; en échange d’être satisfait du calcul des résultats des premier et deuxième semestres pour tous les niveaux; y compris la cinquième année du primaire et la quatrième moyenne; à condition que l’année scolaire 2020/2021 entre le 1er et le 10 octobre

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -