19.9 C
Alger
19.9 C
Alger
samedi, 22 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieVidéo - Des Algériens vendent de l’huile de table en ligne (Ouedkniss)

Vidéo – Des Algériens vendent de l’huile de table en ligne (Ouedkniss)

Publié le

- Publicité -

Algérie – Alors que plusieurs citoyens algériens se ruent sur les commerces dans l’espoir de retourner chez-eux avec une bouteille ou deux de l’huile de table, d’autres le vendent sur le leader des petites annonces, Ouedkniss en l’occurrence. 

Aux commerces du pays, l’affluence est semblable à celle du début de l’épidémie. Bien que de nombreux Algériens ont pris d’assaut les rayons pour remplir leurs chariots avec des bouteilles d’huile de table pour se parer d’une éventuelle pénurie, d’autres se redirigent, entre-temps, vers Ouedkniss pour faire un petit business rentable à l’approche du mois de ramadan 2021. 

En effet, les bouteilles de l’huile de table qui se font rares dans les rayons, sont disponibles en grandes quantités sur Ouedkniss. Il ne suffit que d’introduire le mot clé, qui ne peut être que « l’huile » sur la barre de recherche du site susmentionné, pour se croiser avec de nombreuses annonces.

- Publicité -

| Lire aussi : Disponibilité de l’huile de table en Algérie : Les promesses de Rezig

La plupart du temps, ces dernières ne contiennent pas beaucoup de détails. Convaincus donc que les consommateurs feront tout pour se procurer ce produit, ces vendeurs n’avancent pas les prix. Néanmoins, ce support en ligne n’est pas le seul nouveau marché de l’huile. Marketplace sur le réseau social Facebook regorge lui aussi d’annonces du même type. Les prix mentionnés sur ces dernières sont souvent trompeurs.

algériens huile table ouedkniss algériens huile table ouedkniss

Pour en savoir plus sur ce type d’affaires, le média arabophone, Echorouk qui est revenu dessus dans un reportage réalisé ce vendredi 26 mars 2021, a donc essayé de contacter l’un des marchands qui propose de vendre des bouteilles sur ce marché en ligne.

- Publicité -

Après quelques sonneries, le vendeur décroche et échange quelques mots avec le prétendu acheteur qui affiche son intérêt pour l’annonce. Le présumé commerçant assure alors qu’il a tous les formats et les qualités de l’huile en sa possession. Vu son ton, il n’a guère besoin de technique pour conclure sa vente à coup sûr. Il interroge directement l’appelant de la quantité dont il a besoin. 

Quelques secondes passent, le vendeur décide donc de se prononcer sur le prix. « Je vends la bouteille de cinq (05) litres avec 750 DA », dit-il sans hésitation. En plus de vendre, il propose même une livraison. « Je ne travaille pas à domicile », tient-il à souligner. 

| Sujet connexe : Crise de l’huile de table en Algérie : L’ANCA rassure avant le Ramadan

Pour entendre l’avis d’un expert et vérifier l’illégalité ou pas de cette initiative qui a eu lieu en plein temps de « crise », le quotidien généraliste a accordé un entretien téléphonique à Dr. Mustapha Zebdi, président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (APOCE). 

Aux yeux du spécialiste, ces personnes qui vendent proposent des prix « très élevés » qui ne s’accordent pas avec la réalité des choses. Les consommateurs qui acceptent d’acheter « ne savent donc pas qu’il ne le faut pas ». C’est aux « services de police d’intervenir dans ce type de situation puisqu’il s’agit ici d’un crime électronique », conclut-il. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -