AccueilÉconomieAutomobileL’Algérien Karim Zaghib parle de sa batterie révolutionnaire utilisée par Tesla

L’Algérien Karim Zaghib parle de sa batterie révolutionnaire utilisée par Tesla

Automobile – Karim Zaghib, spécialiste algérien en électrification des transports et stockage d’énergie au Québec (Canada) depuis vingt-cinq (25) ans, a récemment évoqué sa batterie lithium-ion que de nombreuses entreprises de renommée internationale, dont Tesla Motors, exploitent actuellement. Nous vous dévoilons l’ensemble de ses déclarations dans la suite de notre édition du samedi 12 février 2022. 

Son nom est associé à 600 brevets, 60 licences, 450 publications. En plus de 22 livres. Il fait partie depuis plus d’une décennie des chercheurs les plus influents au Canada et à l’échelle mondiale. Très attaché à sa terre natale, Karim Zaghib escompte mettre à profit ses créations novatrices et atemporelles, notamment la batterie lithium-ion, adoptée par Tesla Motors entre autres, en faveur du secteur algérien de l’Énergie.

C’est l’un des souhaits qu’a manifestés le principal intéressé. Il s’est exprimé dans les colonnes du quotidien généraliste francophone Le Soir d’Algérie (LSR). S’il dispose du plus riche palmarès parmi les ressortissants algériens « scientifiques-chercheurs », il s’est particulièrement démarqué par la mise au point d’une technologie ultra-avancée.

Elle consiste en l’introduction du graphite naturel et du nanotitanate dans les batteries lithium-ion à base de fer phosphate. « Cette batterie est exploitée aujourd’hui par de nombreuses sociétés dont la plus connue, Tesla Motors ».

Il s’agit là en effet de ce qu’a indiqué, dans un premier temps, le docteur en électrochimie. Ce dernier a en outre expliqué que cette batterie, qu’il décrit comme la plus sécuritaire dans le monde, est déployée dans des véhicules électriques. En plus des téléphones cellulaires et ordinateurs, a-t-il souligné.

Karim Zaghib appelle le gouvernement algérien à mettre un terme aux énergies fossiles 

Karim Zaghib a mis en exergue la particularité de cette batterie lithium-ion. « Elle est peu coûteuse. Elle est aussi à charge rapide et plus sécuritaire », a-t-il affirmé. Son autre caractéristique, a-t-il poursuivi, est qu’elle peut aussi être utilisée dans le stockage de l’énergie. Cela à travers l’exploitation d’énergies renouvelables telles que l’éolien et le solaire. Le plan est de créer une économie circulaire de la batterie au lithium. 

« De la mine graphite à la transformation du minerai, en passant par la fabrication des composantes nécessaires pour la conception des batteries et, enfin, le recyclage ». C’est ce qu’a encore spécifié le même locuteur. Le natif de Constantine va même jusqu’à suggérer l’implantation de ces pièces et des parcs solaires sur le territoire algérien. Il estime que l’État doit en finir avec les énergies fossiles. 

Il lui suggère à cet effet de miser davantage sur son potentiel éolien et solaire. Ce qui permettra, de son avis,  de produire de l’énergie et réaliser des avancées remarquables en matière de politique énergétique. « Il serait judicieux de commencer par mettre à profit la force des vents qui est extrêmement bénéfique dans certaines régions ». C’est ce qu’il a recommandé.

Le chercheur algérien s’est dit prêt à prêter main forte aux parties concernées. Il a déclaré vouloir se mettre à leur disposition afin de mettre en place « de grands parcs solaires dans des villes du Sud pour régler certains problèmes liés à l’alimentation en énergie électrique ». 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes