AccueilScoop et PeopleUn Algérien devient une référence mondiale des voitures électriques

Un Algérien devient une référence mondiale des voitures électriques

Algérie – Auteur de 550 brevets, un Algérien, à la ponte de l’industrie des voitures électriques devient leader dans la cour des grands. On vous en dit plus sur lui.  

Puisque la batterie est le cœur d’un véhicule électrique, le Québec a fait appel aux meilleurs dans le domaine. Il s’agit d’un Algérien à qui on attribue une renommée internationale dans les matériaux de batterie et du stockage d’énergie des voitures électriques qui n’est autre que Karim Zaghib. 

Pour sortir des sentiers battus et se différencier des autres concurrents dans le domaine, Québec Investissement a demandé à cet Algérien de se joindre à eux. Et puisque l’adrénaline du chasseur des brevets court dans ses veines, Karim Zaghib est le candidat idéal. En effet, dernière lui, se cache un parcours de combattant. Pas moins de 550 brevets, 425 publications et 22 livres dont il est soit auteur ou co-auteur, C’est en tout cas ce qu’a indiqué le site d’information Visa Algérie qui cite des médias canadiens comme sources. 

De Sétif au Québec : L’incroyable destin de Zaghib

Fort d’un parcours brillant, l’Algérien Karim Zaghib est digne du meilleur rêve canadien. Cette tête pleine et bien fête a dû travailler ardemment afin d’être ce quelle est aujourd’hui. Diplômé en électrochimie à l’université de Sétif, Zaghib dessine ses rêves et part en France en 1986 afin de poursuivre ses études et décrocher une inscription en doctorat à l’Institut polytechnique de Grenoble. 

Ce n’est un secret pour personne. Les meilleurs atouts attirent les meilleures entreprises. En raison de cela, une fois que Zaghib a obtenu son doctorat, les meilleures sociétés japonaises sont parties à sa chasse, on retrouve entre autres : Sony, Matsushita, Panasonic et Sanyo. À l’empire du soleil levant, l’Algérien a décidé de concrétiser ses rêves dessinés. Chez le grand Sony, Karim Zaghib a conçu les premières batteries au lithium. Puisque, la demande sur cet élément qui suscite beaucoup d’intérêt des fabricants des voitures électriques explose, Zaghib attire les Québecois, rapporte la même source. 

De l’homme derrière les piles à l’homme derrière le futur leader des batteries 

Il arrive donc en 1995 au Québec et travaille pour une société d’État québecoise responsable de la distribution de l’électricité, Hydro-Québec en l’occurrence. Ainsi, Zaghib passe 25 ans dans ce pionnier de piles et construit des batteries à haute efficacité, les meilleures sur le marché, rapporte Visa Algérie

Après toutes ces années, et seulement en juin dernier, le chercheur quitte l’entreprise en question. Il rejoint ainsi l’équipe d’Investissement Québec qui a pour but de positionner le Québec mondialement. Avec cette opportunité, Zaghib ne travaille plus dans l’ombre, il occupe donc le poste d’un conseiller stratégique au comité de direction. 

Karim Zaghib qui souhaite payer ses dettes envers son pays natal

Karim Zaghib, l’un des heureux lauréats des prix scientifiques du Québec en 2019, a tenu à remercier son pays natal, l’Algérie pour lui avoir formé. Il cite donc les qualités humaines très requises professionnellement qu’il a pu acquérir durant sa formation en Algérie, on retrouve, entre autres, la rigueur, le respect et la discipline, rapporte la même source.

Par ailleurs, il se dit prêt pour contribuer à construire une Algérie meilleure dans le domaine d’électronique. Ce ne sont pas des paroles mais des actes. Ce dernier n’attend qu’une réponse du premier ministre, Abdelaziz Djerad après lui avoir envoyé toute une série de propositions. C’est donc une grande opportunité pour l’Algérie qui tient à tout prix généraliser les voitures électriques afin de solutionner la forte consommation d’essence. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes