Un Algérien se confie sur son innovation révolutionnaire 

Algérie – Le docteur algérien, Abderrahmane Khayat, candidat de la treizième édition de l’émission Star of Science, s’est confié, récemment, sur son innovation révolutionnaire. On vous en dit plus, juste ci-dessous. 

 Un docteur algérien qui répond au nom de Abderrahmane Khayat a pu atteindre une phase avancée de l’émission, Stars of science. Il s’agit d’un programme TV dédié aux inventeurs dans le domaine des sciences et technologies, diffusé sur plusieurs chaines arabe. Le candidat algérien a fait la fierté de son pays en élaborant une innovation médicale révolutionnaire.

En effet, Abderrahmane Khayat a accordé un entretien ce vendredi 15 octobre au média généraliste Echorouk. Il a ainsi profité de cette entrevue pour parler de son invention et expliquer son fonctionnement. Le dispositif est décrit par le jeune homme comme étant « un appareil qui fournit des informations précises et instantanées lors du traitement des morsures de serpent ».

L’unique représentant de l’Algérie dans la compétition a mis en exergue l’utilité de son invention. Le chercheur a indiqué que le dispositif constitue un outil de diagnostic. Il permet de prédire le type de la substance toxique et du serpent venimeux. Il prend en image la morsure. Ce qui permettrait de fournir le bon traitement et une prise en charge médicamenteuse convenable. C’est ce que mentionne le média susvisé.

Le diplômé de l’université Djilali Liabes de Sidi Bel Abbés a affirmé que l’appareil est très utile. Notamment dans les zones désertiques et montagneuses, où il est difficile d’accéder à un hôpital. En outre, Abderrahmane Khayat a précisé que son invention cible actuellement les serpents. Néanmoins, il prévoit de développer cette ingénieuse idée pour cibler les scorpions et les araignées. Il est question là encore des déclarations du même interviewé.

Le mode de fonctionnement de l’appareil 

Concernant son mode de fonctionnement, le même locuteur a expliqué que l’équipement doit être positionné sur la morsure. Cela afin de mesurer les signes vitaux. L’appareil se connecte à une application qui permet à l’utilisateur de saisir des informations telles que l’emplacement géographique et une photo de la morsure.

Ces informations sont exploitées, effectivement, pour identifier le type du venin à l’aide d’une base de données complète. Ce qui permettrait de détecter la substance toxique et fournir le traitement approprié selon la morsure. Il s’agit toujours de ce dont nous informe la même source médiatique.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes