AccueilSociété et CultureUn Algérien atteint du cancer raconte dans un livre son histoire et...

Un Algérien atteint du cancer raconte dans un livre son histoire et fait un franc succès

Algérie – Un jeune Algérien atteint du cancer a fait de son histoire un livre qui s’est vendu à plusieurs centaines d’exemplaires. Dzair Daily vous en dit plus, ce jeudi 09 septembre 2021. 

Le cancer est une des maladies les plus dangereuses qui n’ont jamais existé. Certaines personnes atteintes de cette maladie tant redoutée s’annoncent, dès le début, vaincues et laissent la maladie les consommer jusqu’à ce que mort s’ensuive. Tandis que d’autres, plus forts de caractère mènent un combat sans merci contre la maladie jusqu’à la guérison. C’est justement le cas d’un jeune Algérien atteint du cancer en 2016.

Celui-ci a fait de sa maladie une force. Il s’agit précisément de Zakaria Khouatba. Un jeune homme titulaire d’un master en architecture délivré de l’Université des Frères Mentouri Constantine 1. Comme cité précédemment, ce jeune Algérien a été frappé par le cancer, il y a quelques années de cela.

Une période noire de sa vie qui était très difficile pour lui, a-t-il confié. C’est pourquoi le jeune Zakaria a décidé d’en faire un livre pour inspirer plusieurs personnes. Une œuvre biographique qu’il a choisi d’intituler « Un an après ma mort ». Dans le détail, ce bouquin retrace tout le parcours du jeune homme depuis la découverte de sa maladie jusqu’au processus de guérison. 

De quoi parle le livre de Zakaria Khouatba ?

C’est un récit non-fictif rédigé en langue arabe en 110 pages qui narre l’histoire très impressionnante et surtout inspirante du jeune Zakaria Khouatba. À l’époque, l’auteur avait une vie stable et était un salarié dans une entreprise publique. Ce qui a fait de cette maladie l’effet d’une bombe chez le jeune homme et son entourage.

« Si une simple piqûre d’une aiguille qui ne dure que quelques secondes est une expiation pour les péchés, qu’en est-il alors d’une maladie chronique ? Si vous êtes atteint d‘un cancer, alors pleurez et essuyez vos larmes avec votre croyance en Dieu, mais si vous n’êtes pas malade, les mêmes mots s’appliquent à vous. Dans les deux cas, vous êtes dans le monde ».

Ce sont là quelques lignes que l’Algérien a rédigées depuis son lit d’hôpital et qui ont fait partie quelques mois après de son livre « Un an après ma mort ». Des mots que l’auteur espère souffleront une lueur d’espoir dans les âmes des personnes malades ou pas d’ailleurs.  

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes