22.9 C
Alger
22.9 C
Alger
mercredi, 19 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieL'Algérie pour Washington Post est l'un des plus grands bénéficiaires de la...

L’Algérie pour Washington Post est l’un des plus grands bénéficiaires de la guerre en Ukraine

Publié le

- Publicité -

Énergie – À la lumière des menaces russes d’une suspension d’approvisionnement en gaz vers les pays européens, The Washington Post estime que les pays africains, dont l’Algérie, sont les principaux bénéficiaires dans ce conflit. Retrouvez toute l’information dans cette édition du 1er mai 2022. 

Comme toute guerre, l’invasion militaire des Russes en Ukraine peut produire des effets d’aubaine favorables à d’autres parties. Dans ce cadre, le journal américain, The Washington Post, a cité plusieurs pays africains, tels que l’Algérie.

La dernière édition du quotidien de la capitale des USA, Washington D.C, assure que le conflit économique entre la Russie et l’Union européen (UE) pourrait redessiner la carte du marché mondial de l’énergie. Dans le détail, le média TPW à grand tirage a indiqué que l’Afrique a toujours été un acteur moyen sur le marché mondial de l’énergie.

- Publicité -

Mais les changements récents causés par la guerre russo-ukrainienne ont attiré l’attention sur le continent africain. Le Washington Post a alors révélé une visite du Premier ministre italien en Afrique. Celle-ci vise à signer un accord pour augmenter les importations en gaz naturel. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone Echorouk.

La même source médiatique souligne qu’à moyen terme, les pays européens importent le gaz du Qatar et des États-Unis d’Amérique (USA), même si cela peut être très coûteux.

Ces mesures européennes viennent en réponse à l’injonction de Moscou de payer les importations en roubles. Cette exigence a incité des pays comme l’Allemagne et l’Italie à aller chercher d’autres alternatives. Cela afin de rassurer leurs citoyens. 

- Publicité -

Une crise s’annonce en Europe  

Le Washington Post explique aussi que les 18 prochains mois seraient une période difficile pour le Vieux continent. Cette crise surviendra en particulier en raison de la hausse des prix des énergies. Car aucun pays ne pourra produire des quantités de gaz suffisantes pour couvrir l’approvisionnement russe, si Moscou arrête d’approvisionner l’Europe

Par ailleurs, le journal américain a souligné que le marché du gaz en Europe est devenu un mélange d’importations. Alors que l’Italie se dirige vers l’Algérie, la Bulgarie pourrait se tourner vers la Grèce. Tandis que la Pologne s’apprête à se tourner vers l’importation depuis la Norvège.

En outre, le quotidien américain note que l’Allemagne n’est pas prête pour une telle crise. Et cela, car son approvisionnement en gaz provient de Russie.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -