Algérie : Les voitures électriques pour casser le prix du carburant ?

Algérie – Le ministre de l’Énergie, Abdelmadjid Attar, estime que l’importation des voitures électriques pourrait diminuer la consommation du carburant et réduire son prix.

En effet, le ministre de l’Énergie, Abdelmadjid Attar, reproche aux membres de la Commission des finances et du budget de l’APN de ne pas avoir soumis de proposition dans la loi de Finances de l’année 2021 portant sur l’autorisation d’importation des voitures électriques en Algérie, et a souligné  que cette catégorie de véhicules aidera à réduire la consommation du carburant et diminuer son prix. Toutefois, les députés ont répondu que la proposition a déjà été soumise.

Mais on ne l’a pas retenue, ajoutent-ils. Elle a aussi été suggérée, expliquent-t-ils, au ministre de l’Industrie Ferhat Aït Ali. Sans succès finalement. Ceci pour des raisons non mentionnées. Dans un même contexte, la clause des licences d’importation de voitures de moins de trois (03) ans est toujours en attente. On continue alors de guetter un retour de la part du président de la République, rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

Attar fait suite aux interventions des membres de ladite Commission. Il a ainsi déclaré que les représentants étaient censés présenter des propositions aux services du citoyen et du secteur de l’énergie dans le PLF 2021. Ceci dans le contexte de la présentation du rapport d’évolution au Conseil comptable sur le projet de règlement budgétaire pour l’année 2018.

Quels bienfaits découleraient des voitures électriques et hybrides ?

Notons, d’après ce qui a été dit, que les facilités et privilèges d’importation des véhicules électriques et hybrides font partie des propositions à divers bénéfices. Ils pourront donc faire beaucoup de bien au citoyen ainsi qu’à l’environnement. Elle est notamment susceptible de réduire la facture d’importation d’essence et du diesel. Ces énergies sont à ce jour importées de l’étranger.

Cela restera ainsi jusqu’à l’achèvement des projets de raffineries à Hassi Messaoud et Skikda. C’est ce qu’a fait remarquer le ministre. Celui-ci soulève que l’Algérie va arrêter l’importation du carburant. Mais elle pourra aussi devenir un pays exportateur. Dans le détail, Abdelmadjid Attar a déclaré que la facture d’importation du carburant équivalait à un (01) milliard de dollars en 2019.

Néanmoins, cette dernière s’est revue à la baisse en 2020. Elle a donc atteint les 700 millions de dollars. Soit une baisse de 300 millions de dollars. La diminution résulte de la crise sanitaire due à la Covid-19. L’orateur a expliqué qu’il existe une multitude de solutions déjà proposées. Ceci afin de réduire la consommation du carburant sur le marché, toujours selon la même source.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes