Algérie

Algérie : Voici les raisons du maintien de la fermeture des frontières

1
Algérie fermeture frontières
S'abonner :

Algérie – La récente décision de maintenir la fermeture des frontières soulèvent de nombreuses questions. Certains pointent du doigt le bilan des cas contaminés au Coronavirus communiqué quotidiennement.

En effet, pendant que la plupart des pays rouvrent leurs frontières; dont la Tunisie et les États membres de l’UE; l’Algérie a décidé de maintenir la fermeture de ses frontières; et cela jusqu’à une date toujours indéterminée. Ce qui évidemment prête à confusion. Apparemment les citoyens algériens qui attendent une rapide ouverture des frontières; pour enfin voyager devront encore prendre leur mal en patience.

Néanmoins, quelles sont les raisons de cette disposition catégorique; prononcée le 28 juin dernier lors du Conseil des Ministres ? Il s’agit sans nul doute des bilans journaliers de la pandémie. En effet, bien que les autorités publiques ont affirmé que les centres de dépistage du Coronavirus ont vu leur nombre multiplié à travers le territoire national; par rapport au début de la pandémie; ces derniers demeurent submergés au quotidien.

« Le nombre de centres sur le territoire national s’élève à 30 structures »; a déclaré ce 29 juin le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid; cité par l’APS. « Nous aspirons à installer un centre dans chaque wilaya afin d’atténuer la souffrance; aussi bien des malades que des équipes médicales »; a-t-il ajouté.

Impact des cas asymptomatiques sur les bilans quotidiens et les structures de dépistage

Les trois annexes de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) et les centres de diagnostic au niveau des CHU et des universités connaissent une forte affluence; des centaines, voire de milliers de prélèvements sont acheminés ces derniers jours pour le diagnostic du Coronavirus; dont la majorité représente des cas asymptomatiques. 

« Cela est dû à la recrudescence de nouveaux cas de Coronavirus après l’Aïd El Fitr; suite aux regroupements familiaux lors des mariages et des fêtes »; a expliqué le directeur de l’IPA; Fawzi Derrar, au quotidien algérien, El Watan. « Actuellement, l’IPA réalise 2.000 tests par jour. Il est normal d’avoir du retard dans la remise des résultats vu les capacités et les moyens dont nous disposons »; a-t-il souligné.

Ce dernier poursuit en affirmant que la plupart des cas suspects identifiés dans le cadre des enquêtes épidémiologiques; sont asymptomatiques. Cependant, ces cas requièrent un dépistage de masse; dont les moyens ne sont pas disponible. « Ceci va pénaliser le dépistage des cas positifs et accentuer la surcharge sur les hôpitaux et les laboratoires de diagnostic »; a commenté le même responsable.

Selon lui, cette surcharge réduit sérieusement la cadence des structures de dépistage; et par extension les délais des analyses et des résultats causant un retard dans la communication des bilans; allant jusqu’à deux ou trois jours plus tard; voire plus dans certaines wilayas; a confié l’intervenant. 

Le comportement irresponsable de certains citoyens contribue au maintien de la fermeture des frontières

Il est évident qu’ouvrir les frontières en pareilles circonstances ne peut avoir lieu; rien n’arrête la propagation du Coronavirus; auquel un relâchement de la vigilance de la part de la population; en est coupable. Rappelons que la progression des cas infectés a commencé il y a deux semaine; en passant de 119 cas confirmés le 19 juin dernier à 283 cas le 23; atteignant ainsi un pic de 336 cas, hier 30 juin. 

Face à ce constat le gouvernement a décidé de reconduire la fermeture des frontières jusqu’à une meilleure maîtrise de la situation sanitaire. Une maîtrise qui prendra certainement beaucoup de temps; car elle nécessite l’adoption de règles adéquates pour stopper la dissémination de la contagion; que le gouvernement a du mal à imposer aux citoyens inconscients; qui pour diverses raisons manifestent une certaine réticence à respecter les mesures de prévention. 

D’ailleurs, les derniers dispositifs adoptés par le gouvernement ont pour objet de sanctionner ceux qui consciemment, ou non; mettent la santé d’autrui en danger et ne respectent pas les gestes barrières. Certains citoyens ont en effet, adopté ces consignes et respectent les recommandations des autorités sanitaires; tandis qu’une frange de la population a, par contre; adopté un comportement irresponsable. Et c’est cette irresponsabilité qui met en danger la santé collective; a regretté Bekkat Berkani.

Article recommandé :  Coronavirus Algérie : Ouverture progressive des mosquées et plages

Algérie : Ali Haddad, Sellal et Ouyahia condamnés pour corruption

Article précédent

Immigration au Canada pour Algériens : Reprise des demandes de visa

Article suivant

Lire aussi

1 Commenter

  1. Le peuple Algérien propagé le coronavirus, il doit payer pour cette irresponsabilité , semble dire nos têtes pensantes. Deux questions à leur poser : pourquoi avoir tarde en Mars 2020 pour pouvoir fermer les frontières ? Pourquoi le confinement de 13h à 7h du matin établi en Avril alors que les nouveaux cas sont de l’ordre de 120 et aujourd’hui avec plus de 300 nouveaux cas on décide d’un confinement de 20h à 5 h du matin ?
    Une troisième question : pourquoi la police ne sort pas pour sensibiliser et éviter les attroupements et obliger sur le port du masque ?
    Lorsque l’état est absent , on stigmatise le peuple. Ce peuple , s’il n’est pas “encadre” et dirigé il ne fera rien par rapport à cette pandémie , d’autant plus que ce pouvoir nous ment depuis des décennies.

Comments are closed.