Algérie : voici les prix des fruits et légumes à l’issue de la première semaine du ramadan

Ramadan – Retrouvez les prix appliqués aux fruits et légumes au bout de huit jours du début du mois du jeûne en Algérie. On vous en dit plus dans cette édition du 10 avril 2022.

Bien avant le mois sacré, de nombreux produits alimentaires ont enregistré une envolée des prix sur le marché algérien. De même, ce phénomène de hausse des prix se poursuit durant ce mois de jeûne. Nous vous exposons alors le niveau des prix des fruits et légumes au terme de la première semaine du ramadan en Algérie.

En effet, chaque occasion en Algérie se caractérise par la hausse des prix des denrées alimentaires à l’instar des différents aïd, mawlid mais aussi ramadan. De ce fait, les citoyens se sont habitués à cette cherté qui se manifeste pratiquement chaque année.

Concernant le mois de ramadan de 2022, les prix de divers produits de consommation ont atteint des niveaux records. Et ce, en dépit des engagements de l’État à maintenir des prix raisonnables, notamment en matière de produits à large consommation. D’autant plus que les autorités algériennes se sont prononcées sur la disponibilité, en quantités suffisantes, de nombreux produits, chose qui devait éviter la hausse des prix.

Algérie : les prix des fruits et légumes après 8 jours du début du ramadan

Dans ce contexte, la chaîne télévisée Echorouk News TV a fait le tour des marchés pour repérer les différents prix des fruits et légumes. À ce propos, le reportage fait le parallèle entre les températures hautes enregistrées en Algérie ces derniers jours avec les prix affichés également en hausse.

Effectivement, les huit jours achevés du mois sacré n’ont pas été suffisants pour que les prix regagnent la normale. D’ailleurs, la banane s’affiche à 550 dinars/ kg, l’orange à 260 dinars tandis que le kg de pommes ne coûte pas moins de 400 dinars. Pour les légumes, la conclusion est juste similaire. Selon les images du média susmentionné, la tomate se vend à 100 dinars/kg. Puis, la pomme de terre n’en coûte pas moins. Le prix de ce produit à large consommation varie donc de 110 à 130 dinars le kilogramme.

De leur côté, les commerçants adossent cette cherté des prix des produits aux grossistes. Ces derniers pointent du doigt les agriculteurs qui renient être la raison de la hausse « inexpliquée » des différents prix. En tout cas, le consommateur s’avère la seule victime qui en assume les conséquences.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes