AccueilActualitéAlgérieAlgérie : Voici comment l’État prévoit de lutter contre la corruption

Algérie : Voici comment l’État prévoit de lutter contre la corruption

Algérie – L’accumulation des mouvements de corruption en Algérie, a poussé les autorités à prévoir des stratégies de reconduction morale. 

Dans une assemblée en visioconférence, le président de l’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC) en Algérie, Tarek Kour, a indiqué jeudi passé, qu’un schéma stratégique de défense est en cours de préparation; ce dernier a pour optique d’éradiquer définitivement les divers stratagèmes utilisés dans la corruption en Algérie; d’après le média arabophone Echourouk

En effet, l’Etat est obstiné à déraciner définitivement la corruption en Algérie, et pour ce faire une feuille de route, portante de cette thématique ambitieuse, est en cours de finalisation. L’intervenant a stipulé que ce projet à titre introductif a été entamé, il y a plus de sept (7) mois, et il sera prochainement présenté aux autorités pour une étude analytique. 

Par ailleurs, Tarek Kour, a révélé lors de cette réunion instructive, la date finale de la remise dudit projet stratégique, de lutte contre la corruption en Algérie; celle-ci coïncidera avec la journée internationale anti-corruption, entre autres, le 09 décembre prochain. Le président de l’ONPLC estime qu’avec la panoplie d’approches mises en place, pour chaque perspective sectorielle, sera favorablement applicable à partir de l’an prochain; en intégrant le plan évolutif 2021-2025. 

Anti-corruption : l’ONPLC conçoit cinq principales fondations de résistance 

Effectivement, Tarek Kour a annoncé que, ce projet anti-corruption s’élève sur cinq principaux axes fondateurs. Cinq piliers contribueront à l’édification d’une Algérie nouvelle, dépourvue de fléau de magouilles, qui se nourrit constamment d’un trafic d’influence émergeant. 

De ce fait, le président de l’organisme a explicité à travers son discours énonciateur, que les cinq fondations en question lient à la fois les objectifs visés aux outils employés; à cet effet on y trouve : la transparence, l’éthique professionnelle de la fonction publique, l’aspect participatif de la société civile, la mise à profit des moyens technologiques notamment des outils médiatiques; a précisé le média El Bilad.

En sus, Tarek Kour poursuit en citant la probité du secteur économique, un caractère indispensable pour la réussite de ce projet. Ainsi que le renforcement des compétences des organisations observatoires et de justice, sans oublier le soutien contributif à estimation internationale. 

Au final, tous ces moyens réunis sont le socle qui créera une société honnête, et un système immunitaire robuste, qui veillera à une excellente gestion des fonds publics. Cette perspective compte notamment contribuer, efficacement aux projections établies par l’Union africaine pour l’an 2030 visant le plan politique, économique et sociétale; conforment aux exigences de l’OMS, qui soutient activement la cause anti-corruption.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici