AccueilÉconomieVotre ArgentAlgérie : vers la fixation de la marge bénéficiaire sur les produits...

Algérie : vers la fixation de la marge bénéficiaire sur les produits de large consommation

Algérie – Un projet de loi visant à plafonner une marge bénéficiaire sur les produits de grande consommation sera étudié par le Gouvernement. C’est ce qu’a annoncé le ministre du Commerce, Kamel Rezig. Plus de détails ce vendredi 21 janvier 2022.

En effet, le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig, a affirmé que son organisme pourra plafonner la marge bénéficiaire des produits de consommation en Algérie, notant que la loi en vigueur ne le fait pas. Et ce, une fois que ce projet de loi sera adopté. 

Cela dit, au sujet de la flambée des prix, le même responsable s’est également exprimé. Le ministre a révélé que cela est dû à la crise sanitaire. En ajoutant que c’est le cas de tous les pays, qui sont actuellement touchés par l’inflation et l’augmentation des prix, rapporte Algérie Eco.

Au fait, Rezig a expliqué que le marché algérien connaît des déséquilibres depuis longtemps. Il a notamment donné l’exemple de l’importation des substances nécessaires pour la production agricole. Cette importation serait considérée comme la cause de l’augmentation des prix de quelques produits. Cela dit, il s’est montré rassurant en précisant que le gouvernement œuvre pour l’organisation de ce marché.

Par ailleurs, au sujet de la facturation, il a précisé qu’il s’agit d’une « mesure nécessaire » pour fixer les prix. En sus, il a révélé que l’opération se fera en concertation avec agriculteurs et les commerçants. En outre, le ministre à expliqué que le changement et le développement du marché se fera sur le long terme. Et ce, afin d’arriver à un marché organisé en termes de plafonnement et de facturation.

Parallèlement, plus de 145.000 affaires ont été abordées par la Justice algérienne en 2021. Cela, afin de lutter contre toute sorte de corruption. Mais aussi, les hausses des prix non justifiées. Dans ce cadre, le même responsable a aussi évoqué 1.801.578 interventions des autorités. Celles-ci ont donné lieu au constat de 153.101 infractions. Ainsi, 145.359 procès verbaux ont été établis.

Algérie : le ministre dévoile le montant des marchandises saisies

En outre, les services de contrôle ont procédé à la fermeture de 12.004 locaux commerciaux et ont saisi plus de deux (02) milliards de dinars de marchandise. Les interventions concernant le secteur commercial s’élèvent à 941.909. Parmi lesquels 107.822 infractions ont été constatées et 103.572 procès verbaux de poursuite judiciaire ont été établis.

Au fait, le ministre a précisé que la promulgation de cette loi pour la lutte contre la spéculation illicite est la conséquence des agissements de certains commerçants. En particulier, depuis l’épisode du stockage de la pomme de terre et de l’huile. À peine 15 jours après la promulgation de la loi, plus de 100 poursuites ont été enregistrées

Concernant la lutte contre la spéculation, le responsable du secteur a assuré que les services de contrôle travaillent main dans la main avec les services de sécurité et judiciaire. Rezig a affirmé que beaucoup de dossiers sont actuellement devant les tribunaux. En outre, les entrepôts de stockage des marchandises ont été recensés grâce à une carte. Celle- ci suivra la traçabilité des produits.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes