AccueilÉconomieAlgérie : vers l’augmentation du prix du carburant ? Un responsable se...

Algérie : vers l’augmentation du prix du carburant ? Un responsable se prononce

Énergie – Le Chef de l’Autorité de contrôle des Hydrocarbures (ARH), Rachid Nadel, s’est exprimé sur le prix du carburant en Algérie, notamment s’il y aura ou pas d’augmentation l’année prochaine. Retrouvez plus de détails à ce sujet dans la suite de ce numéro du 10 novembre 2022. 

Suite à la hausse enregistrée dernièrement en matière des prix du carburant en Europe, Rachid Nadel, a, en effet, évoqué le prix de ce dernier en Algérie. Et ce, au cours de l’année prochaine. Le président de l’ARH a indiqué à la Radio Nationale que beaucoup de propriétaires de stations de services sont sur le point de fermer. 

Selon lui, cette situation est due à la marge bénéficiaire actuelle, qu’il a décrite de « très faible ». Toutefois, le même responsable a tenu à rassurer les automobilistes algériens concernant la possibilité d’augmenter les prix du carburant en 2023. À ce propos, il a fait savoir que l’État n’envisage pas de hausse. Il s’agit de ce que rapporte le site généraliste Algérie 360.  

Cependant, il n’exclut pas dans le même temps que certaines stations appliqueront de très légères augmentations compte tenu des faibles marges bénéficiaires. Par ailleurs, il a révélé l’existence de 130 stations de services. Où il est possible de s’approvisionner en GPL, soit environ 50 % du nombre total des stations de service au niveau national.

Rachid Nadel : « l’Algérie a réduit ses importations d’essence »

En ce qui concerne la progression de l’utilisation du GPL, Nadel a fait savoir qu’avant la fin de l’année en cours, 100.000 véhicules auront été convertis en GPL. Ce qui portera le parc national à plus de 850.000 véhicules qui circulent avec ce carburant. Le Chef de l’ARH a expliqué cette hausse de la demande sur le GPL par son prix bas de 9 dinars le litre. 

En outre, le même responsable a évoqué la politique adoptée par l’État dans le domaine de la transition énergétique. Celle qui porte sur la généralisation de l’essence sans plomb. Selon Nadel, cette politique a permis de réduire les importations à hauteur d’un milliard de dollars par an.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes