AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantAlgérie : voici la « triste » réalité des cantines scolaires

Algérie : voici la « triste » réalité des cantines scolaires

Éducation – Le rapport annuel de l’année 2022 établi par la Cour des comptes a dévoilé plusieurs carences en matière de qualité des services des cantines scolaires en Algérie. Dzair Daily vous apporte plus de détails à ce sujet dans les lignes qui suivent. 

En fait, en Algérie, il semblerait que la qualité des services proposés au niveau des cantines scolaires laisse encore à désirer.  En effet, les parents d’élèves ont à de multiples reprises exprimé leur mécontentement et leur insatisfaction à cet égard. D’ailleurs, le rapport qu’a dévoilé la Cour des comptes a mis en lumière plusieurs lacunes que les autorités doivent régler dans les plus brefs délais. 

Ainsi, si vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à lire l’intégralité de cette édition du dimanche 27 novembre 2022. Rappelons que ce rapport a été établi sur la base d’un échantillon constitué de plusieurs cantines scolaires. Et cela, au niveau de 48 municipalités, dans 16 wilayas.

Dans le détail, il s’est avéré qu’il s’agit d’une grande confusion en ce qui concerne les bénéficiaires des repas scolaires. D’après ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk, le service de la restauration doit inclure seulement les élèves inscrits. Tandis qu’au niveau de plusieurs établissements scolaires qui ont fait l’objet d’un contrôle, les repas scolaires sont servis pour tous les écoliers.

L’autre problème qu’évoque rapport concerne l’absence d’un responsable municipal qui se charge du contrôle et de la gestion de la restauration scolaire. On notera que depuis 2016, le rôle de la municipalité a été renforcé. Cependant, les tâches qui lui ont été attribuées n’ont pas été adaptées à son organisation. 

La gestion des cantines scolaires est confiée à des personnes sans qualification, selon la Cour des comptes 

Le document de l’instance susmentionnée a fait état d’une défaillance quant au choix de qualifications capables de gérer cette activité. Chose qui a, selon elle, engendré plusieurs problèmes. Soit, notamment, le renouvellement des accords pour approvisionner les restaurants. En plus du contrôle de la conformité et la qualité des aliments livrés.

Effectivement, près de 17.144 élèves ont été privés des repas scolaires au niveau de la wilaya de Médéa. Et cela, suite aux contrats d’approvisionnement en denrées alimentaires non renouvelés depuis l’année scolaire 2017-2018. Et ce n’est pas tout !

Selon la source médiatique suscitée, la qualité des aliments servis ne correspond pas aux exigences que les dispositifs de la loi édictent. En effet, 19 cantines scolaires à Aïn Defla ont été approvisionnées par de la viande congelée. Cela au lieu de la viande fraîche. 

D’ailleurs, les insuffisances en matière de qualification et de gestion ont nécessité l’adoption de nouvelles stratégies. Ces dernières concernent, entre autres, le service des repas froids servis aux élèves. D’ailleurs, c’était le cas dans la région de Khemis El Khechna, à Boumerdès.

Pour mettre fin à cette situation, on estime que l’attribution de la gestion à des responsables qualifiés demeure une nécessité indispensable. Par ailleurs, les autorités responsables vont redoubler d’efforts. Et ce, en vue de déterminer les listes des élèves qui bénéficieront des repas scolaires. En plus de l’adaptation du rôle municipal aux nouvelles tâches attribuées. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes