Algérie : tremblement de terre à Batna ce 24 janvier

Algérie – Un tremblement de terre est ressenti à Batna ce dimanche 24 janvier à quelques heures après celui enregistré à Tizi Ouzou. Ainsi, c’est la quatrième secousse en une semaine.

En effet, la terre a tremblé ce dimanche 24 janvier dans la wilaya de Batna, à l’est de l’Algérie. Selon le communiqué du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), ce tremblement de terre a été enregistré à une magnitude de 3.3. La secousse a été localisée à cinq (5) kilomètres au nord-ouest de Merouana, à Batna (Algérie).

Ainsi, cette secousse s’ajoute à celle qui a été ressentie dans l’après-midi de ce dimanche 24 janvier au nord de l’Algérie, et plus précisément dans la wilaya de Tizi Ouzou au sud-ouest de la commune de Tigzirt.

Tremblements de terre en Algérie : Un expert évoque les risques majeurs

La récente activité sismique a frappé plusieurs régions du centre et de l’est du pays. Elle est intervenue durant ces dernières semaines et inquiète plus d’un. Les plus préoccupés sont les citoyens qui habitent dans les environs des noyaux à risques. Le professeur Abdelkrim Chelghoum, président du Club des risques majeurs, s’est alors exprimé au sujet de ces tremblements de terre enregistrés dernièrement en Algérie.

Il évoque ainsi les deux tremblements de terre enregistrés à Mila, ou celui de Tipaza ou bien celui enregistré  à Blida avec une moyenne de 4 degrés sur l’échelle de Richter. Tout cela représente, « d’un point de vue scientifique et technique, une activité sismique ordinaire, voire normale », a déclaré Chelghoum. Ce dernier s’est prononcé auprès du site web de la télévision algérienne (ENTV). Le média francophone, Algérie 360, a repris les déclarations.

« La position géographique de l’Algérie, notamment sur la rive méditerranéenne, la rend plus exposée aux secousses telluriques et à d’autres dangers naturels ». On parle ici de par exemple les « inondations et les incendies ». C’est ce qu’a expliqué le professeur. Cependant, l’on déduit que les conditions géographiques de notre pays imposent l’élaboration d’études techniques assez précises. Le but recherché consistera à trouver des solutions urgentes pour protéger les vies et les biens de nos concitoyens.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes