AccueilSociété et CultureSociétéAlgérie : Quand le traitement médical se transforme en drogue

Algérie : Quand le traitement médical se transforme en drogue

Algérie – Les pouvoirs publics se mobilisent contre le phénomène du trafic de médicaments à substances psychotropes, détournés de leur usage originel.

En Algérie, un phénomène inquiétant s’est répandu depuis quelques mois. Des organisations clandestines ont mis en place des circuits de détournement de médicaments à substances psychotropes afin de les revendre sous forme de drogues et de stupéfiants à des individus dépendants, rapporte le quotidien arabophone Echorouk

En parallèle, de nombreux médecins et pharmaciens ont tiré la sonnette d’alarme face aux attaques répétées de la part de trafiquants, poussant ainsi les autorités à mettre en oeuvre des mesures de prévention qui seront effectives dès le 5 avril prochain, et se traduiront par la réorganisation de la délivrance et l’accès à ces psychotropes, a indiqué la même source.

Cette nouvelle mesure prendra en considération tous les détails relatifs à l’importation de la matière première, des médicaments et de leur distribution. Elle inclura également un nouveau type d’ordonnance électronique, joignant 3 exemplaires de différentes couleurs rose, jaune et blanc. La rose et la jaune sont conservées respectivement par le médecin et le pharmacien, tandis que l’ordonnance blanche sera remise au patient. Ces dernières contiendront des numéros de série afin d’assurer la traçabilité et faciliter le suivi médical, selon le même média.

Vers la protection des pharmaciens

À cet égard, le président du syndicat national Algérien des pharmaciens d’officine (SNAPO), Messaoud Belambri, a expliqué qu’une trentaine d’organismes se sont mobilisés récemment afin d’étudier les nouvelles dispositions concernant la vente et la délivrance des psychotropes.

Néanmoins, Belambri reproche aux autorités qu’aucun texte juridique n’inclut de règles techniques, professionnelles ou administratives, qui protègent les pharmaciens. Il a signalé, dans ce contexte, que l’unique texte existant était le 04-18 publié en décembre 2004, qui évoque la lutte contre l’utilisation illégale de substances psychotropes.

Afin de consolider l’impact de ce texte, la préparation d’un décret exécutif a débuté en octobre 2016 dont l’achèvement a vu le jour le 2 juin 2019 et a été approuvé par le gouvernement le 17 juillet de la même année. Enfin, le 5 janvier 2020 le décret a officiellement été publié dans le premier numéro du Journal Officiel, premier décret signé par le Premier ministre Abdelaziz Djerad, rapporte la même source.

Par ailleurs, une peine de six mois à deux ans de prison sera affectée à quiconque menace ou attaque un pharmacien pour prescrire ou délivrer une prescription contenant des substances psychotropes. 

À tire d’information, le décret a été instauré par un comité composé de quatre parties, notamment le ministère de la Justice, le syndicat des pharmaciens privés, le conseil d’éthique professionnelle et le bureau national anti-drogue, en attendant sa soumission au parlement afin d’être signé par le président de la République, a avancé Belambri.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici