Devise Algérie

Algérie : Le tourisme peut éradiquer le marché noir de la devise

18
tourisme devise algérie
S'abonner :

Algérie – La relance du secteur touristique créerait de la richesse. Elle stimulerait aussi de nombreux autres sphères, telles que l’agriculture, l’industrie et les services. Le marché noir de la devise perdra ainsi du terrain au profit des bureaux de change. C’est là la lecture que propose le titre algérien Ech-chaab dans son édition du 16 mai.

En raison du Coronavirus, la demande sur les devises fortes est au point mort sur le marché parallèle de change. L’activité de celui-ci se limite à l’acquisition de devises par des cambistes à bas prix. Le but consiste à les stocker pour les revendre après la crise sanitaire. Il est à noter ici que 1 dollar a baissé sur le marché du Square à 169 dinars à l’achat. Quant à la vente, il a atteint 173 dinars. 1 euro, lui, s’achète à 184 dinars et se vend à 191.

Le marché parallèle des devises absorbe de l’argent et demeure un point noir de l’économie nationale. Il ne peut être définitivement éliminé qu’en revalorisant l’activité touristique. Cela est capable de neutraliser la sphère informelle et activera les bureaux de change. L’élément déclencheur sera la nécessité de répondre à la demande des touristes.

La première étape est de fournir des structures hôtelières, renforcer la main-d’œuvre et nouer des partenariats avec des étrangers. Le tout en promouvant, de diverses manières, la destination touristique algérienne. Le recul du marché noir et l’émergence des bureaux de change seront bénéfiques. Des milliards de dollars entreront dans les circuits bancaires et la fuite des fonds à l’étranger battra en retraite.

Potentiel touristique Algérien : 5 milliards de dollars dès le début de la relance

La nature et la culture en Algérie sont conjuguées au pluriel. Au menu des paysages, esthétique et variété. D’ailleurs l’UNESCO place plusieurs sites dans notres pays comme patrimoine mondial de l’Humanité. Revenons à l’aspect économique de notre sujet : compte tenu des capacités touristiques endormies et inexploitées en Algérie, l’enjeu est donc énorme. Le secteur du tourisme peut dès le départ nous fournir au moins 5 milliards de dollars.

De nombreuses structures touristiques ont été construites au cours des dernières années. Dans ce sillage, il est possible de faire usage des expériences d’autrui et de nouer de véritables partenariats avec des étrangers. L’attraction d’investissements réels dans ce domaine activera le secteur pour une exploitation optimale.

Grâce à la diversité de nos paysages naturels et à nos trésors historiques et culturels, nous pourrons aller loin en matière de tourisme. Nos plages et nos montagnes sont un formidable atout. La beauté de l’immense Sahara algérien joue également en notre faveur. Rappelons notamment que nos hammams sont très prisés de l’autre côté de la méditerranée. Cette liste, faudrait-il le signaler, n’est pas exhaustive. 

Article recommandé :  Coronavirus en Algérie : Les agences de tourisme « au bord de la crise »

Visa/Voyage : La Turquie et la Tunisie ouvrent les frontières aux Algériens

Article précédent

Des « Harraga » Algériens interceptés par les gardes-côtes en Angleterre

Article suivant

Lire aussi

avatar
18 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
18 Auteurs du commentaire
MeddaneSalam sbme touche charafyacineben Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Mellah hocine
Invité
Mellah hocine

Naturellement, l’Algérie reste un très beau pays avec sa riche diversité en paysages. Quel pays au monde peut se targuer d’avoir à la fois un désert, des montagnes, des forêts et la mer. Seulement une seul e entorse vient noircir toute cette richesse , c’est l’entretien de l’environnement. Partout on voit des déchets , des sachets , du plastique et toute autre objet ternir ces beaux paysages. Les mentalités doivent absolument changer en ayant un regard plus en adéquation avec la beauté des paysages. De plus les hôtels doivent faire objet d’exigences sévères comme l’entretien, la disponibilité de l’eau courante… Lire la suite »

Bendali hacine youcef
Invité
Bendali hacine youcef

A mon avis libérés le TOURISME dans notre pays construisant des nouveaux hôtels dans les 48 WILAYAS DONNEZ LA PROPRIÉTÉ AUX SITES TOURISTIQUE SAHARA TOUTE LA CÔTE DE MARSAT BENMHIDI A EL KALLA LES MONTAGNES PAR EXEMPLES CHÉRIÀ ET LE RESTE DU PAYS RÉNOVÉS LES ANCIENS HÔTELS INTERIEUR EST EXTÉRIEUR LES LITS DES CHAMBRES SELON LES NORME INTERNATIONALE ET LE POINT NOIR DANS NOTRE PAPYS LES MAUVAIS RESTAURANTS AMÉNAGEMENT TOTAL AVEC UN PRIX COMPÉTITIF PAR RAPPORTS À NOS VOISINS EST EUROPIENQ AFIN POUR ATTIRER LES TOURISTE A TRAVERS LE MONDE Y COMPRIS LA SÉCURITÉ TOTALE POUR QUE LE PREMIER TOURISTE… Lire la suite »

Izou
Invité

Yaa ouadi laa tghaltouneech ! 5.000.000.000 de dollars qu’avec le début de la relance du secteur !? C’est inouï ! Où sont les moyens ! Si vous rêvez d’un tourisme semblable à celui de nos voisins que vous connaissez, allahla yaa akhi ! Hna l’algérien chez lui et il n’arrive pas à faire du tourisme si ce n’est une tranche très réduite qui peut se le permettre et préfère s’évader chez les voisins où les prix sont raisonnables il faut le reconnaître. Ou zaidoune, maa raak hasseb el roimi ouel romia izoro la tunisie et le maroc pour se faire… Lire la suite »

Farida Bouachi
Invité
Farida Bouachi

Le touriste étranger deviendra jamais en Algérie. Tant qu’il ne se sent pas en totale liberté , se balader en short, se baigner dans des eaux et plages propres, dormir dans des hôtels très propres et aussi et surtout bien manger et boire de l’alcool comme il le veut. Tant que tout cela ne sera pas disponible, le touriste étranger et surtout leur femmes ne viendra pas. Vous pouvez attendre, Il ira dépenser ses devises au Maroc et en Tunisie là où il trouvera satisfaction à ses desirata.

OULD CHEIKH
Invité
OULD CHEIKH

5 milliard de dollars dés le début de la relance du tourisme
10 milliard de dollars dés le début de la relance de l’agriculture
100 milliard de dollars dés le début de la relance des Start Up
Depuis 20 ans nous en sommes au moins à 5000 articles de genre tous médias confondus……….
De doux rêves comme seul l’Algérie peux en proposer……….

berrehail_nagui@yahoo.fr
Invité

Comment valoriser le secteur touristique quand une nuitée coûte le smig ?? Ce secteur devrait rapidement mettre en œuvre une véritable formule de vente quant aux produits mis à la disposition du client. Redorer les prestations,y mettre de la baume dans la restauration et autres loisirs, beaucoup d’hygiène et de »barrières sanitaires touristiques »,une sécurité de fer et surtout un hébergement de qualité. C’est faisable si les propriétaires des lieux veulent fructifier leurs « instruments de music » sous les clapotis du rivage et des nuits bien calmes et mélodieuses…Le full de leurs établissements serait bien juteux durant toute l’année et non pas uniquement… Lire la suite »

Kely
Invité
Kely

Avant de penser a accueillir le monde entier je pense qu il faut changer la mentalité d abords ….
Un peuple frustrés,,,, assoiffés…. la Tolérance et l éducation reste a désirer !!!!
Pays riche diversifier culturellement hélas Pauvre intellectuellement
A bon entendeur.

Aachi Salah
Invité
Aachi Salah

Le succès de l’activité touristique dans un pays est avant tout conditionné par les mentalités des citoyens de ce pays. De ce constat, la mentalité des Algériens est un obstacle à l »essor de l’essor du tourisme en Algérie.

Ahmed chaouch
Invité
Ahmed chaouch

D’abord il faut changer la mentalité des gens l’éducation, l’instruction et la responsabilité, ça va prendre une ou deux générations après investir gros et pour toutes les catégories, savoir se que cherche le tourisme pour lui soustraire cette devise après on verra si ça marchera avec la concurrence !!!??? D’ici la nos futures petites enfants sauront quoi faire 🤯💥🌋

Kamel Boudaoud
Invité

Vous rêvez debout ! Ce n’est pas pas en développant le secteur du tourisme qu’on arrive à éliminer le trafic des devises, mais en réformant le secteur bancaire en rendant le DA convertible à l’instar des voisins que vous voulez concurencer. Ce ne sont pas les partenaires touristiques étrangers qui peuvent convaincre les étrangers de visiter l’Algérie si ces derniers ne veulent pas venir. Si les étrangers ne veulent pas venir, il faut se poser les bonnes questions sur le pourquoi et comment de cet état de fait. Les étrangers ne viennent pas en Algérie pour les raisons suivantes :… Lire la suite »

Cem
Invité
Cem

Pour développer le tourisme ya tout un processus par lequel doit passer le payer , rêver et écrire des articles est une choses, réaliser l’idée est toute autre chose , d’abord il faut avoir les hommes qu’ils faut la ou ils faut c’est à dire des compétences avec une liberté d’action puis maître un projet de moyen et long dure en place et avoir les moyens financiers et humains pour le réaliser et le problème de l’Algérie est exactement la !!!!

Ali
Invité
Ali

Vous pouvez toujours rêver mais pas facile à réaliser

Kireche Mouloud
Invité
Kireche Mouloud

Il faut etre réaliste l’Algerie ne sera jamais un pays touristique, aucune infrastructure touristique serieuse , un pays extrêmement sale , des plages ou l’hygiène est douteuse bref encore beaucoup a faire

ben
Invité
ben

mdr juste a voir les commentaires en bas de certains algériens qui ne s’empêche pas de prônent la haine du voisin Marocains et Tunisiens… ont comprend pk le tourisme est pas pret a se développer en Algérie… le pzuple marocains et tunisiens est civilisé éduqué courtois… l’algérien est fiert pour rien et ouragan…. il voi le mal par tous mai lui fait le mal… et pour repondre a certain qui parle de prostitution au maroc et Tunisie… en Algérie sans le tourisme vois avez la prostitution meme des homme le fond …

yacine
Invité
yacine

Je me suis plongé récemment dans les notes de diplomates accrédités en Algérie au XIXème siècle. Russes, Norvégiens, Britanniques, Italiens, etc… séjournaient en masse dans les hôtels d’Alger, d’Annaba et Oran. Ils figuraient alors parmi les meilleurs au monde. Ces touristes, fortunés pour la plupart, visitaient les sites naturels et culturels du pays, vantaient ses « eaux » et la gentillesse des Algériens. La situation est tout autre aujourd’hui. Les atouts sont cependant restés intacts mais il faudra nécessairement changer les mentalités, soutenir les professionnels du tourisme étrangers et algériens, former du personnel, valoriser les sites archéologiques et faire en sorte que… Lire la suite »

me touche charaf
Invité
me touche charaf

salam oualikoum.il y a un potentiel mais rien ne changera sa c’est de la flûte a vent.la vrai solution c’est une relance économique avec un salaires a 60000 dinars algeriens par mois tout secteur d’activité pour chaque ouvrier avec ou
avec sans diplôme et des bureaux de change avec la banque extérieur d’Algérie avec une somme fixe toute l’année 100€ pour 22000 dinars algérien et faire pareille pour les notre money pour récupérer toute c’est argent de limformel qui s’évapore .

Salam sb
Invité
Salam sb

Je ne vois pas comment le développement du tourisme peut supprimer le marché parallèle ? C’est ce que l’on appelle une « idée à l’emporte pièce. » Seule la confiance dans la monnaie et sa convertibilité peut supprimer le marché parallèle. Pour la confiance, il faut une économie forte, une faciliter d’entreprendre, des rouages administratifs fluides et des moyens de financement suffisants. Pour ce qui est de la convertibilité, il faut que les flux sortants et ceux entrants s’équilibrent par le développement des exportations des biens et services pour compenser les importations. Enfin un dernier élément, la disponibilité des devises dans le… Lire la suite »

Meddane
Invité
Meddane

Le plus important dans le tourisme c’est la formation du personnel d’accueil comme à Cuba la sécurité la liberté de circulation des bureaux de change dans les hotel c’est très important car L’Algérie n’a rien à envient à d’autre ene matière de site et de beauté sont oublier les retombées économiques sur les différents secteurs