Le tourisme peut « sauver l’Algérie de la crise économique »

Algérie – L’Algérie pourrait éviter la crise économique qui se profile à l’horizon en s’appuyant sur le tourisme, un secteur porteur qui permettrait de sortir de la dépendance aux hydrocarbures, selon une étude américaine.

La société de média américaine spécialisée dans l’industrie du voyage Skift, a publié une analyse ce 25 février où elle révèle que l’Algérie pourrait passer éviter la crise financière, en s’appuyant sur un secteur jusqu’alors délaissé, le tourisme en l’occurrence.

Négligé par les gouvernements successifs depuis des années, Isabelle Werenfels, analyste à l’Institut Allemand pour les Affaires internationales estime que « le secteur du tourisme en Algérie a un potentiel énorme, mais manque d’infrastructures nécessaires pour accueillir un tourisme de masse ».

Dans le même sillage, Dalia Ghanem, analyste politique au Carnegie Middle East Center de Beyrouth, a indiqué que l’Algérie manquait d’une réelle volonté politique d’investir dans le tourisme, toujours selon l’étude de Skift qui la cite.

« En raison du pétrole et du gaz, le tourisme n’a jamais été développé, et donc les infrastructures sont très limitées et médiocres en ce qui concerne le secteur. », a-t-elle constaté avant d’ajouter « les hôtels dans le pays ne sont actuellement pas aux normes et en raison du manque de concurrence, il n’y a aucune incitation à améliorer la qualité, ni le prix. »

L’Algérie détient les capacités pour développer son tourisme

Conscient de cette situation, le nouvel exécutif envisage de mettre en œuvre d’une stratégie baptisée « Plan destination Algérie » et a annoncé l’introduction d’un eVisa (visa électronique), comme dispositif de facilitation d’octroi du visa Algérien. Une mesure favorable au développement des revenus touristiques qui sont actuellement de 207 millions de dollars et peuvent à doubler d’ici 2025 si les efforts nécessaires sont entrepris par le gouvernement en place, précise la même source.

Soulignons à ce propos, que la Tunisie a récolté 4.6 milliards de dollars en 2019 en recettes touristiques, tandis que le Maroc a raflé pas moins 13,67 milliards dollars pour l’année 2018.

L’Algérie dispose néanmoins d’un potentiel touristique inestimable et peut devenir un véritable concurrent de ses voisins du Maghreb. Propriétaire du plus grand littoral de la Méditerranée et de l’immense désert du Sahara, le pays contient sept sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO tels que les ruines romaines d’Hippo Regius, sans parler de la proximité avec l’Europe à moins d’une heure de vol d’oiseur, a rappelé la société américaine.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes