Algérie : Tentative d’introduction de faux billets sur le marché noir de devises

Algérie – Soupçonné d’être impliqué dans le délit de contrefaçon de billets en devises, un jeune Algérien, victime d’une arnaque par un Libyen, est placé en détention provisoire, dans l’attente d’une enquête approfondie.

En effet, le juge d’instruction du tribunal de Bir Mourad Raïs, a ordonné l’arrestation d’un jeune homme Algérien impliqué dans une affaire de trafic de faux billets en devises. Selon le média arabophone Echourouk qui rapporte l’information; la brigade de police judiciaire de la commune de Bouzaréah à Alger; a été alertée par une personne ayant suspecté ce jeune de vouloir à tout prix se débarrasser de billets en euros.

À cet égard, une enquête a été ouverte révélant que l’accusé était de mèche avec un homme de nationalité libyenne; après avoir été lui-même victime de la même arnaque qu’il tentait de mettre à profit à d’acheteurs de la capitale.

L’investigation a indiqué que le comportement de l’accusé a levé des doutes auprès d’une connaissance refusant de lui acheter 40 billets de 50 euros; poussant celui-ci à le dénoncer auprès des services de sécurité, qui ont élaboré un plan de surveillance contre le suspect afin d’exploiter la véracité des informations obtenues.

Poursuivi au niveau de la commune d’El Biar; le jeune trafiquant a tout bonnement « jeté » un paquet de billets d’une valeur de 600 euros, afin de s’en débarrasser; mais fini par être interpellé par la police judiciaire. Il a été conduit au bureau de poste le plus proche afin de subir un interrogatoire officiel; a rapporté la même source.

Tentative de fraude à grande échelle ?

L’accusé de 33 ans a reconnu avoir rencontré son fournisseur lors d’un voyage effectué en Tunisie. Un fournisseur de nationalité libyenne lui a donc proposé de lui vendre un million de centimètres en devises fortes; notamment en euro. Le montant proposé s’est révélé être plusieurs faux billets de 100 euros, rapporte le journal arabophone.

Victime sans le savoir selon ses dires, il lui fournit en fin de compte une somme s’élevant à 2.000 euros; sous forme de billets de 50 euros en échange de 30 millions de centimètres. Ainsi, après avoir découvert qu’il s’agissait de faux billets; le prévenu a assuré avoir tenté de s’en débarrasser en les revendant sur le marché noir des devises; car le fournisseur libyen avait refusé de lui rendre son argent.

Afin de contrer le principal fournisseur, les services de sécurité ont placé le numéro de téléphone de l’accusé sous surveillance dans le but d’interpeller le moindre appel suspect par le cerveau alimentant le trafic de faux billets en devises. Cela dans l’attente de la poursuite de l’enquête.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes