Algérie

Algérie : Témoignage d’un patient infecté au Coronavirus en isolement

0
coronavirus algérie
S'abonner :

Algérie – Ce témoignage, porteur d’un message d’apaisement, vient clarifier les conditions réelles dans lesquelles sont pris en charge les contaminés, en particulier dans l’hôpital de Boufarik, et par extension dans tous ceux éparpillés sur le territoire national.

Un patient algérien infecté par le nouveau Coronavirus, Covid-19, a révélé au quotidien arabophone Echorouk, les détails de l’apparition de ses premiers symptômes, les résultats positifs venus confirmer sa contamination, et puis son confinement à l’hôpital de Boufarik, dans la Wilaya de Blida.

Via une conversation téléphonique, qu’a eu avec lui le média susmentionné, Abderrahmane, c’est le prénom du patient âgé de 39 ans, et père de quatre enfants, a confié qu’il avait, après une quinzaine de jours de son retour le 27 février d’un voyage en Turquie où il a séjourné pendant 9 jours, ressenti une hausse de sa température corporelle, et des frissons sévères qui le submergeait tout entier, tandis qu’une toux sèche est venue s’ajouter au tableau.  

Suite à cette somme symptomatique, semblable à celle des états grippaux, et vu ses nombreux contacts avec des voyageurs de tous les horizons, Abderrahmane soupçonne alors qu’il fait l’objet d’une contamination au Covid-19, qu’on lui a probablement transmise en cours de route de et vers l’Algérie. Le père de famille, suivant ses doutes, se dirige sans détour vers l’établissement hospitalier de Boufarik.

La contamination n’entraîne pas forcément la mort

Sur place, à l’hôpital de Boufarik, Abderrahmane apprend la nouvelle de sa contamination effective, et réagi au premier abord par une perte de connaissance. Il incombe la responsabilité d’une telle réaction à la dramatisation, monnaie courante sur les réseaux sociaux, des conditions, dites alarmantes, de la mise en quarantaine des cas confirmés de Coronavirus, dans les hôpitaux algériens.

Cependant, selon le témoignage d’Abderrahmane, la réalité est toute autre. Le patient affirme bénéficier, à l’instar des autres contaminés, des soins spéciaux que leur prodigue le personnel médical de l’hôpital de Boufarik qui, malgré les mesures préventives, se montre chaleureux dans l’exercice de ses fonctions. 

L’interlocuteur d’Echorouk qualifie de favorable, la réponse des malades au traitement, peu importe leur sexe ou leur âge. Malgré l’absence d’un vaccin, le nombre des patients des unités d’isolement qui, bien portants, rentrent chez eux, est très encourageant. Quant à sa santé à lui, Abderrahmane déclare qu’elle s’améliore progressivement, et qu’il est persuadé de pouvoir être libéré très prochainement.  

Abderrahmane ne manque pas l’occasion de souligner la nuisance d’un discours qui terrifie, sans pour autant sous-estimer l’obligation d’adopter des conduites préventives. Il ajoute, dans le même ordre d’idées, qu’une contamination au Covid-19 n’est pas obligatoirement synonyme d’une mort inévitable, et se positionne ainsi à l’encontre des idées reçues fortement diffusées dans la rue, et qui, à tort et à travers, mettent en avant la thèse d’une irréversible issue mortelle de l’infection.

Article recommandé :  La Banque d’Algérie veut limiter l’argent cash à cause du Coronavirus

Algérie : Report du paiement des impôts, taxes et vignettes automobile

Article précédent

Coronavirus : « Les Algériens doivent être disciplinés », selon un médecin

Article suivant

Lire aussi

avatar
  S’abonner  
Notifier de