Algérie : Tebboune va-t-il fermer le « Square » ? (marché noir de devises)

Algérie – Le président Tebboune s’est prononcé sur le marché noir des devises, considérant que ce circuit parallèle a « participé à la fuite des capitaux ».

Lors de son interview accordée à la chaîne de télévision RT (Russia Today), le président de la République Abdelmadjid Tebboune s’est exprimé sur le fameux « Square », célèbre plaque tournante de la devise, prisée par les cambistes les plus influents en Algérie.

« Concernant les devises, j’ai promis d’assainir l’économie Algérienne. Le Square a été utilisé pour l’évasion [fiscale] et le transfert illicite des devises et des sommes importantes non déclarés vers l’étranger. Il y a de nombreux pays qui s’en sont remises de ce fléau. Je sais que c’est dur de passer de notre situation actuelle, à savoir une économie qui était tenue par une minorité, vers une économie nationale permettant aux algériens de vivre dignement. Je suis certain qu’on solutionnera ce fléau. », a-t-il expliqué.

« Je vous donne un exemple, les algériens qui vivent à l’étranger désirent envoyer de l’argent vers leur pays. Laissons les ouvrir des comptes devises pour transférer leur argent légalement, sans abus ni dépassements. », a-t-il ajouté.

Vers la fermeture du « Square » ?

À en croire les récentes déclarations de Tebboune, la fameux marché noir algérien serait dans le collimateur du nouvel exécutif à la tête du pays. En effet, lors de la réunion gouvernement-Walis qui s’est tenue le 16 février dernier, le président a annoncé la criminalisation de l’évasion fiscale au même tire du non-paiement des impôts.

Soulignons à ce propos que de nombreuses voix se sont élevées depuis le début de l’année, appelant les autorités à fermer le « Square ». Ainsi, selon l’expert en économie, le Dr. Kamel Si Mohamed, l’ensemble des réformes annoncées par le gouvernement de Tebboune « ne peuvent être appliquées avant la fermeture du marché noir des devises (Square Port Said). »

De son côté, le député du Front de la justice et du développement (FJD) Lakhdar Benkhellaf, a appelé récemment le gouvernement à mettre fin à l’activité u marché noir des devises en fermant le Square Port Said, qu’il qualifie de « bourse clandestine fonctionnant dans l’impunité au vu et au su des autorités ».

https://www.facebook.com/rtarabic.ru/videos/636620633803761/

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes