Algérie : les taxieurs en colère contre Yassir, Temtem, Coursa et les applications VTC

Algérie – Les taxieurs manifestent leur mécontentement contre les applications de VTC à l’instar de Yassir, Temtem et Coursa. On vous en dit plus, ce mardi 31 août 2021.

Ces dernières années, les applications de VTC ont gagné beaucoup de terrain. Effectivement, les chauffeurs de VTC,Yassir, Temtem ou encore Coursa entre autres, envahissent les rues en Algérie, au grand dam des taxieurs.

En effet, la principale raison de ce mécontentement est liée à la forte concurrence. Alors, l’activité des taxieurs tombe dans la stagnation. Il faut dire que depuis l’arrivée de ces applications, la clientèle préfère s’orienter vers elles. Et ce, en raison des nombreux privilèges qu’offre ce service.

À cet égard, les chauffeurs de taxi ont organisé en fin de semaine un sit-in de protestation. Ce dernier a eu lieu à la gare de transport terrestre de Caroubier dans la capitale. Par ailleurs, ils ont soulevé un certain nombre de revendications dont la plus importante est de trouver des solutions au phénomène de concurrence avec leur activité, par les autres taxis actifs. On parle essentiellement de ceux qui travaillent aux comptes des applications électroniques.

Taxieurs en Algérie : les principales revendications

En effet, les chauffeurs de taxi demandent au ministère des Transports d’intervenir au plus vite. Par ailleurs, ils réclament la réglementation de leur profession, et de les autoriser à travailler en fin de semaine. Et ce, afin  d’alléger les souffrances des voyageurs en déplacement les vendredis et samedis. En outre, ils appellent ledit ministère à trouver une solution à la délivrance de la « licence Moudjahidine ».

En réalité, les sociétés électroniques de VTC n’ont pas de licences légales pour exercer la profession de chauffeur de taxi. Cependant, leurs dossiers comprennent une licence dans le domaine de la location de voitures. Et ce, selon ce qu’a confié le militant syndical Hocine Ait Brahim au journal Echorouk. Par ailleurs, il a remis en cause la légalité de cette façon de faire. 

Par ailleurs, l’intervenant a affirmé que ces applications sont devenues une « concurrence illicite » pour les taxis. En outre, ils sont intrusifs dans la profession et réduisent les opportunités d’emploi des taxieurs, dénonce-t-il.

Pour terminer, ledit militant appelle à l’arrêt de ces applications. A contrario, ils vont, eux aussi, « s’y mettre au travail selon cette formule », a-t-il déclaré. En sus, ils poursuivront leur mouvement de protestation, tous les jeudis de 10h00 à midi, pour élever leurs revendications. C’est de plus ce qu’a souligné l’interlocuteur auprès de la même source.

Careem répond aux critiques des taxieurs 

La directrice générale de l’application électronique Careem, Lamia Rouaz, a affirmé que leur entreprise active légalement. De plus, ils ont un registre de commerce et paient les impôts. Il s’agit de la déclaration qu’elle a faite auprès du journal Echorouk.

Pour ce qui est de la colère des taxieurs en Algérie contre les applications VTC, la directrice a tenu à s’exprimer. En effet, elle a affirmé que leur activité n’est nullement une concurrence, mais un plus pour le marché des transports. En outre, elle a déclaré que leurs clients sont des personnes qui préfèrent se faire déposer devant chez eux. Ce qui diffère complètement de la clientèle des chauffeurs de taxis classiques. De plus, leur service offre la possibilité de déplacement à toutes les destinations souhaitées. Contrairement aux taxis classiques qui ne vont que dans certaines directions.

En outre, Rouaz a souligné que les applications électroniques fournissent des offres et des services supplémentaires aux clients. On parle d’ailleurs de la possibilité de choisir le type de voiture et le genre du conducteur. Cette spécificité permet d’apporter confort et intimité aux clients. 

Enfin, elle a déclaré qu’il est déraisonnable d’être accusé d’intrusion dans le travail des chauffeurs de taxis réguliers. Et ce, en raison de la différence de leur activité. Combien même s’ils les concurrencent, c’est un comportement positif pour améliorer le service client. Du moment qu’ils fournissent tous un service au citoyen.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes