Algérie : le syndicat des retraités lance un appel concernant les augmentations

Retraite – Pour dénoncer les augmentations jugées insignifiantes, le syndicat des retraités en Algérie s’exprime à voix haute. On vous expose tous les détails relatifs à ce sujet dans ce numéro du 21 juin 2022.

La lettre de la loi de 1999 fixe la période de revalorisation des pensions de retraite du mois de mai jusqu’au mois d’avril de l’année suivante. Toutefois, les retraités n’ont encore perçu aucune majoration. Alors que le mois de juin 2022 touchera à sa fin dans moins de 10 jours. Cette raison a, entre autres, poussé le syndicat des retraités en Algérie à s’indigner sur les augmentations.

À la lumière de la réunion de son conseil national, l’Organisation syndicale des retraités algériens (OSRA) a émis un communiqué. Ce dernier, qui met le point sur les diverses revendications des concernés, a été repris par la version numérique du quotidien francophone El Watan. En effet, l’OSRA a insisté sur la nécessité de revoir la politique et les prévisions des prochaines revalorisations des retraites.

Le communiqué accentue, entre autres, « l’inefficacité de cette dernière mesure prise pour amortir la chute et la dégradation du pouvoir d’achat de larges couches de la société ». La remise en cause de ce dispositif relève de « son impact futile et dérisoire ». Selon le syndicat, la politique actuelle du CNR « ne couvre nullement ni l’inflation de l’année 2021-2022 ». Ni même « l’amortissement de la chute vertigineuse du pouvoir d’achat des retraités ».

L’OSRA insiste à poursuivre sa lutte à tout prix

L’organisation syndicale a souligné que les dernières revalorisations justes attribuées aux retraités remontent à longtemps. Dans le détail, elles datent de la période d’avant 2013, grâce au pic pétrolier qui a conduit à une aisance de la situation financière du pays. Dans ce même sillage, il convient de rappeler que le président de la République a ordonné l’augmentation des pensions des retraités, au titre de l’exercice 2021-2022.

Effectivement, les pensions inférieures ou égales à 15.000 DA seront touchées par une majoration de 10 %. Pour les retraités dont les salaires varient entre 15 et 20 milles dinars, l’augmentation est de 5 %. Pour les pensions allant de 20.000 à 43.000 DZD, la hausse à appliquer est de 3 %. Enfin, les pensions dépassant les 43 milles dinars toucheront à une augmentation de 2 %.

Par ailleurs, il est à noter que le syndicat prévoit de continuer la lutte. Et ce, avec ou sans l’agrément du ministère du Travail. Ce département ministériel refuse de « répondre au recours déposé par notre syndicat quant à son refus de nous délivrer notre récépissé et notre agrément de conformité », précise l’OSRA.

De son côté, le conseil national considère cette revendication comme son « droit constitutionnel et syndical ». Pour conclure, le communiqué a indiqué que « des directives organisationnelles ont été données au bureau national pour corriger toutes les insuffisances constatées et prendre les mesures statutaires pour y remédier ». Là encore, il s’agit de ce que rapporte le média susvisé.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

1 COMMENTAIRE

  1. قضية المعاشات و الرواتب و المنح التقاعد كل ما يتعلق بالشعب ، ليس له علاقة بالقدرة البلد على تحمل التكاليف من عدم تحملها ، الجزائر لها من الثروات ما يكفي لضعف موطنها ، لكن هناك سياسات خارجية تفرض
    هذا الواقع الصعب بسبب أخطاء متعمدة
    . كل ما لهذا الوطن الحبيب من ثروة تذهب إلى ما واراء البحر منذ عصور خلت و بقي
    الحال هكذا ليومنا هذا ، حتى أصبح تفكير الشخص
    الذي يعيش في هذا البلد يتكيف مع الوضع ولا يعرف ما يحدث من خلفه إلا ما يشاع في الاخبار المغلطة لريأي العام .
    الوضع في الجزائر ربما يعرفه من هو خارج الجزائر اما من يعيش فيها لا يرى سوى فوضى تشوش أفكاره ولا يفقه ما يحدث
    بلد له دخل ب120 مليار دولار في السنة
    ليس له هياكل قعدية متينة ، هذا هراء.

Comments are closed.