AccueilActualitéAlgérie : le sort des entreprises confisquées et en faillite déterminé

Algérie : le sort des entreprises confisquées et en faillite déterminé

Algérie – Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale vient de déterminer le sort des entreprises confisquées et en faillite, ainsi que de leurs employés. Dzair Daily vous livre tous les détails ce lundi 3 octobre 2022.

En effet, les cadres du ministère du Travail ont participé à une réunion qui avait pour ordre du jour la détermination du sort des entreprises confisquées et en faillite en Algérie. À l’issue de cette assemblée, le ministère a mis en place de nombreux mécanismes. Ils permettront aux travailleurs activant dans ces entreprises de bénéficier d’une retraite préalable.

Dans le détail, les employés des entreprises impliquées dans des affaires de corruption ou souffrant de difficultés financières pourront bénéficier d’une retraite préalable. Cela, à condition de remplir les conditions d’âge. Les travailleurs n’ayant pas encore atteint l’âge de la retraite bénéficieront d’une allocation mensuelle. Ce montant sera calculé en fonction du nombre d’années de service.

D’un côté, le versement de ces retraites concerne les employés ayant travaillé au sein de ses entreprises pendant au moins vingt ans. D’un autre coté, les travailleurs ne remplissant pas les conditions d’âge ou du nombre d’années de travail toucheront une allocation équivalente à 50 % ou à 80 % du dernier salaire qu’ils ont touché. Il faudra néanmoins justifier d’une expérience d’au moins 3 ans au sein de cette entreprise.

Algérie : régularisation des employés des entreprises confisquées

Par ailleurs, il faut savoir que ces décisions font partie d’un plan social élaboré par le gouvernement. Les autres entreprises n’ayant pas fait l’objet de jugements ou d’ordre de confiscations garderont leurs employés. Et continueront leur activité de manière habituelle. Il s’agit de ce que rapporte le média généraliste arabophone El Khabar.

Pour rappel, le sort de centaines d’entreprises impliquées dans des affaires de corruption était resté en suspens. Leurs biens avaient été confisqués et les salaires de leurs employés gelés. Donnant lieu à des manifestations et des sit-in des travailleurs. Ces derniers réclamaient leur droits conformément à la législation du travail en vigueur.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes