Algérie : Sonatrach fixe 50 milliards de dollars de chiffre d’affaires comme objectif pour l’année 2022

Économie – Les recettes du groupe Sonatrach, en Algérie, devraient augmenter de cinquante (50) milliards de dollars vers la fin de l’année courante, selon son président-directeur général. Rendez-vous vite dans la suite de notre édition du vendredi 24 juin 2022 pour découvrir de plus amples informations à ce sujet. 

Si le monde se heurte aux impacts de la guerre russo-ukrainienne, le territoire algérien, n’y échappe évidemment pas, mais semble y tenir tête. Considéré comme le futur partenaire majeur d’une UE en quête d’alternatives à l’énergie russe, il se trouve dans une condition propice à un développement prospère de son économie. En témoignent les derniers chiffres révélés par le PDG du géant d’Algérie, Sonatrach en l’occurrence. 

Le premier responsable dudit groupe pétro-gazier algérien a en effet indiqué que la première entreprise du continent africain prévoyait une hausse considérable des exportations nationales en hydrocarbures en 2022. Soit un volume total atteignant les cinquante (50) milliards de dollars.

Il s’agit là de ce qu’a en outre souligné Toufik Hakkar, PDG de Sonatrach. Il s’est exprimé devant le président Abdelmadjid Tebboune qui effectuait une visite de travail à Oran, lors de la présentation des principaux projets de Sonatrach. Ceux réalisés durant la période allant de 2020 à 2022.

Cette hausse anticipée des recettes trouve alors son explication, de l’avis du même responsable, dans le fait que les prix sur le marché du pétrole et celui du gaz ne cessent de grimper depuis le début de l’offensive russe en Ukraine. 

Un regain d’activité pour Sonatrach qui renoue avec la croissance ! 

Après la longue et difficile période de crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau coronavirus, la société nationale des hydrocarbures redresse la tête. Le volume des exportations s’est élevé, l’an dernier, à 35,4 milliards de dollars. Soit une hausse de 75% en comparaison avec l’année 2020. 

C’est ce qu’a tenu à rappeler le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar. Ce dernier a déclaré, dans le même sillage, que la conjoncture favorable du marché gazier a permis d’augmenter les exportations algériennes de 54% en 2021 et de 13% par processus de liquéfaction. 

Les cours du Sahara Blend ont connu une augmentation de 68% à la fin du mois de mai 2022 par rapport à la même période en 2021 ». Il est toujours question de ce qu’a précisé le susdit locuteur. À cet effet, Toufik Hakkar a présenté un bilan exhaustif du développement du raffinage et de la pétrochimie et dont le succès est scindé en 4 dimensions. 

À savoir la valorisation des ressources locales, l’attrait des partenaires. En plus de la garantie de la capacité concurrentielle des projets et des choix des projets. À en croire ses déclarations, l’année courante verra une croissance plus importante de la production et des ventes du groupe Sonatrach. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes