Algérie: Sonatrach affiche un bilan positif en 2020 (raffinage, exportations)

Algérie – L’entreprise pétrolière et gazière algérienne, Sonatrach a dévoilé son bilan « positif » pour l’année 2020, en annonçant avoir exporté, pour la 1ère fois, « des volumes d’essences et de gasoil ».

- Advertisement -

La première entreprise de l’industrie pétrolière d’Afrique, Sonatrach a dévoilé son bilan positif pour l’année 2020, notamment sur le volet du raffinage et des exportations.

En effet, l’activité raffinage de Sonatrach, a enregistré une augmentation de 7,4% des volumes de pétrole et de condensat traités au cours de l’année 2020 par rapport à 2019, a annoncé la compagnie pétrolière nationale dans un communiqué rendu public ce 15 février.

Ainsi, l’activité raffinage a permis à Sonatrach de passer de 27,2 millions de tonnes à 29,1 millions de tonnes en termes de volumes de pétrole et de condensat traités. Cette activité a atteint d’excellents niveaux de production des produits pétroliers, souligne la même source.

| Sujet connexe : L’Algérie exportera l’essence à partir de 2021 et le diesel dès 2024

Le groupe pétrolier algérien précise, par ailleurs, avoir réalisé des niveaux records de production de gasoil et d’essences, avec respectivement 9,5 et 3,4 millions de tonnes produits durant la même période. Des records favorisés par la montée en cadence de la raffinerie d’Alger.

Par ailleurs, Sonatrach a cessé ses importations du gasoil depuis le mois de mars 2020 et des Essences depuis le mois d’août de la même année. Mieux encore, « elle a également exporté, pour la 1ère fois, depuis la dernière décennie, des volumes d’essences et de gasoil »; précise la même source.

| Lire aussi : Abandon de l’essence super avec plomb en Algérie : Le ministère apporte des précisions

Il convient de rappeler que le directeur général de la raffinerie d’Alger, Hassen Boukhalfa, avait annoncé il y a une année de cela, en février 2020 plus précisément, que l’Algérie prévoit « d’exporter de l’essence à partir de 2021 ». Il avait en outre précisé que l’Algérie « devrait atteindre l’autosuffisance en 2020 et produire les excédents destinés à l’exportation à partir de 2021 ».

S’agissant du gasoil, Boukhalfa avait souligné que « l’Algérie devrait continuer à importer ce type de carburant jusqu’à 2023. Avant d’entamer ses premières exportations en 2024, dés la mise en service de le raffinerie de Hassi Messaoud ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes