AccueilÉconomieÉnergieAlgérie : La sécurité énergétique est assurée jusqu'à cette date (ministre)

Algérie : La sécurité énergétique est assurée jusqu’à cette date (ministre)

Algérie – Le ministre de l’énergie a déclaré ce matin que la sécurité énergétique de l’Algérie sera assurée jusqu’en 2040 grâce à toutes les réserves que le pays détient actuellement.

En effet, en ce lundi 26 octobre 2020, le ministre de l’énergie Abdelmadjid Attar est intervenu dans les ondes de la chaîne 3 pour parler de la sécurité énergétique en Algérie pour les générations futures quand notre économie dépend des recettes d’hydrocarbures à 98%. Il a précisé que dans cette nouvelle constitution; il est mentionné que les ressources en hydrocarbure du sous-sol sont la propriété de la collectivité nationale.

Le ministre affirme qu’il n’y a aucun problème pour la sécurité énergétique au moins jusqu’en 2040 mais que l’Algérie a déjà consommé 50% de ses réserves. D’après ses dires, il faut revoir les recettes de l’export et il faut prendre en considération que la consommation énergétique locale ne fait qu’augmenter. 

Il explique qu’il est prouvé que les réserves de l’Algérie sont de 2.500 milliards de m3 de gaz et de 1.7 milliards de tonnes de pétrole. Le ministre relate que sans énergie; nous ne pouvons rien faire et que la stratégie de développement mondiale est établi sur la ressource énergétique. Il cite également que nous avons besoin le plus rapidement possible de réaliser des projets avec les énergies renouvelables; et que cela est très important pour l’avancée du pays.

Qu’en est-il des gisements ?

Monsieur Attar nous apprend également lors de son intervention à la chaîne 3; que ce qui est coûteux c’est l’exploration de gisements et qu’il est possible d’en trouver sauf que cela nécessite une nouvelle technologie et qu’il est difficile de les exploiter. 

Que ce soit à cause de la chute du baril de pétrole, la crise économique et le coronavirus cette année; l’Algérie fait face à plusieurs difficultés depuis 2014. Le ministre avance que l’essentiel des ressources est consacré au développement du pays; et à d’autres besoins ce qui en résulte le fait que Sonatrach n’a plus les moyens. Ainsi, l’Algérie aura besoin d’un partenariat pour pouvoir avancer. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes