AccueilActualitéFranceAlgérie : une sculpture de l’Émir Abdelkader vandalisée au château d’Amboise

Algérie : une sculpture de l’Émir Abdelkader vandalisée au château d’Amboise

Algérie – Découvrez tout, ce 05 février 2022, sur cette sculpture de l’Émir Abdelkader qui a été détériorée en France.

Construite à proximité du château royal d’Amboise, la sculpture en acier à l’effigie de l’Émir Abdelkader, témoin de l’histoire de l’Algérie, a été détruite avant même la cérémonie d’inauguration prévue pour aujourd’hui. C’est dans cette ancienne résidence des rois français que la France a rendu hommage à ce personnage historique.

Placée dans un lieu qui surplombe la Loire, la représentation de l’Émir Abdelkader a suivi une recommandation du rapport de l’historien français, Benjamin Stora. Selon France 24, la stèle en question a voulu honorer la mémoire du « meilleur ennemi de la France ».

Dans le détail, l’acte de vandalisme a eu lieu la veille de son inauguration. A ce propos, le maire d’Amboise, Thierry Boutard, a qualifié cette destruction de « saccage ignoble ». Dans ce sens, il déplore la satisfaction que trouvent certains dans la haine d’autrui. Il poursuit, « On ne va pas plier face à de la médiocrité de la bêtise ». Finalement, le maire a affirmé qu’on s’occupera de la réparation de l’œuvre et souligne qu’elle « restera à cet endroit ».

L’Émir Abdelkader dans les « Mémoires de la colonisation et de la guerre d’Algérie »

Compte tenu du rapport de Stora, les « Mémoires de la colonisation et de la guerre d’Algérie » remis au président français en 2021, ladite sculpture s’inscrit parmi une trentaines de préconisations. Dans ce sillage, on explique que dès que la proposition de l’expert a été mise sur la table du gouvernement, on a choisi l’artiste Michel Audiard. Ce dernier a conçu une œuvre gigantesque en tôle d’acier rouillée.

Au milieu de cette planche en acier, Audiard a sculpté la célèbre figure de son vrai nom Abdelkader ibn Muhieddine. En réalité, le choix de cet endroit pour y placer la stèle n’est pas injustifié. Puisque la France a détenu l’Èmir dans le château de cette ville entre 1848 et 1852.  C’est-à-dire après la résistance à laquelle il a participé face à la conquête française de Algérie de 1832 à 1847. Suite à son emprisonnement, il s’exile en Syrie, là où il meurt en 1883.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes