AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantAlgérie : vers la révision des conditions de l'exclusion des élèves ?

Algérie : vers la révision des conditions de l’exclusion des élèves ?

ActualitéDepuis l’agression par l’arme blanche de l’enseignante à Batna, au nord-est de l’Algérie, plusieurs organisations syndicales du secteur éducatif se mobilisent pour dénoncer l’insécurité dans le milieu scolaire, appelant, instamment, les hautes autorités à procéder à une révision de la loi portant orientation sur l’éducation nationale et de certains dispositions relatives à l’exclusion définitive d’élèves. 

C’est une affaire qui secoue l’ensemble du territoire algérien. Elle soulève des actions de protestation pour exiger la révision des conditions de l’exclusion des élèves en Algérie. Mercredi dernier, aux environs de midi (12 h 00), une enseignante de langue arabe se tenait devant son bureau, pendant la pause des cours, lorsqu’elle a en effet été prise à partie par un élève de quatrième (4e) année moyenne. 

Elle exerce au niveau du CEM Amari Said, située dans la commune de Taxlent, à Batna. Elle a alors essuyé un coup de couteau sur le dos. Heureusement, les secours sont rapidement intervenus. Une ambulance a ainsi transporté la victime à l’hôpital de N’gaous, avant de la transférer au CHU de Batna. Là où elle a pu être sauvée. Son agresseur fait actuellement l’objet d’une enquête. 

Éducation nationale : les syndicats interpellent le gouvernement sur la protection de l’enseignant 

Le SATEF, l’OAPE et le MAJAL ont tous dénoncé l’agression physique subie par la susdite éducatrice dans l’exercice de ses fonctions au sein de l’établissement scolaire. Un acte qu’ils décrivent effectivement comme une atteinte alarmante aux missions des enseignants algériens et aux droits à leur sécurité. C’est ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone Echorouk.

Cette information que nous reprenons pour vous, ce samedi 14 janvier 2023, est parue dans son édition d’hier. Dans les détails, les associations précitées ont donc mis l’accent sur la nécessité de revoir la loi n° 08-04 du 15 Moharram 1429 correspondant au 23 janvier 2008. Celle ayant pour objet de fixer les dispositions fondamentales régissant le système éducatif national

Il s’agit d’un texte qui impose à l’ensemble des écoles de ne pas exclure les apprenants âgés de moins de 16 ans, quand bien même ces derniers feraient preuve d’insolence et de comportements déviants. « Avec l’émergence d’une nouvelle génération d’éducateurs et l’esprit complexe des élèves d’aujourd’hui, il est plus qu’urgent de revoir et réexaminer toutes ces règles ». 

C’est que soulignent en outre le SATEF, l’OAPE et le MAJAL. Ils suggèrent à cet effet l’introduction d’un nouvel article. Celui-ci, préconisent-ils par ailleurs, doit porter autorisation à renvoyer tout élément hautement perturbateur. Ceux qui représentent une vraie souffrance pour la communauté éducative, mettent-ils encore en exergue.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici