28.9 C
Alger
28.9 C
Alger
jeudi, 18 juillet 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieL’Algérie réussira-t-elle à éradiquer les squares et le marché parallèle ?

L’Algérie réussira-t-elle à éradiquer les squares et le marché parallèle ?

Publié le

- Publicité -

Algérie – L’entrée en vigueur dès août prochain de produits financiers islamiques dans les banques, pourrait porter ses fruits et contribuer à récupérer les fonds du marché parallèle, notamment l’argent en liquide et les devises étrangères circulant dans les squares.

En effet, l’État a officiellement autorisé la commercialisation des produits bancaires islamiques. Cette décision s’inscrit dans le cadre de la relance économique; car selon les expert l’Algérie aurait besoin de toutes ses capacités financières, celles du circuit formel et du marché parallèle. Ainsi, l’on déduit que l’absorption de cette masse monétaire informelle figure dans les priorités du gouvernement.

« L’Algérie a besoin de liquidité », a affirmé à ce propos le ministre de Finances; Aymen Benabderrahmane le 19 juillet 2020. Ce dernier a ouvert la voie aux banques gouvernementales, pour commercialiser pour la première fois dans l’histoire de l’Algérie des produits bancaires islamiques. Cependant, il s’agit d’un défis de grande taille pour ce nouveau gouvernement installé depuis quelques mois seuelement; alors que d’autres auparavant ont échoué dans l’opération de recouvrement de cette masse monétaire informelle. 

- Publicité -

Ainsi, à travers ce nouveau dispositif; les autorités espèrent réussir à récupérer l’argent circulant hors des banques; notamment sur le marché parallèle. Rappelons dans ce sens, que le président de la République; Abdelmadjid Tebboune, avait estimé les sommes en question à un montant s’élevant jusqu’à 10.000 milliards de dinars. Quant à la devise circulant dans les squares; elle oscille autour des 80 milliards de dollars; a indiqué le média algérien, Echourouk.

Finance islamique, réformes bancaires et fiscales.. pour redynamiser l’économie algérienne ?

En effet pour cela, le gouvernement s’initie à une série de dispositifs. D’une part, il y a comme nous l’avons cité plus haut, l’introduction de produits bancaires islamiques dès août prochain. Notons que les deux banques qui proposeront ces produits sont la Banque Nationale d’Algérie (BNA) et la Banque de l’Agriculture et du Développement Rural (BADR). 

S’agissant des autres banques; elles devront soumettre leur dossier au Haut Conseil Islamique afin d’évaluer leurs conformités aux règles des préceptes de la Charia; a souligné notre source. Par ailleurs, le premier responsable du secteur financier en Algérie a estimé que la réforme bancaire; notamment la mise sur le marché de nouveaux produits; permettra de restaurer la confiance entre le citoyen et son environnement administratif et financier. 

- Publicité -

Cependant, Benabderrahmane soutient la personnalisation du système fiscal dans la lutte contre le marché noir. Ce qui s’effectue à travers la numérisation en cours des administrations. Ainsi, cela permettra de hisser le niveau d’équité de la charge d’imposition; entre les contribuables activant dans le circuit parallèle et ceux opérant dans la légalité. 

De son côté, Djerad a affirmé que le phénomène d’économie parallèle contribue à la réduction de l’efficacité des politiques publiques; visant à encourager et à promouvoir l’investissement. Ce qui selon lui doit encourager l’administration fiscale à s’appuyer sur une vision basée sur la numérisation des opérations fiscales; commençant par éliminer la bureaucratie.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -